CHU Grenoble : un rapport révèle la brutalité du management de la direction

 |   |  444  mots
CHU de Grenoble
CHU de Grenoble (Crédits : AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES)
Un rapport rendu public par le ministère de la Santé Publique met en lumière le management déshumanisé de la direction du CHU de Grenoble. Obsession du résultat financier, manque de dialogue social, management trop centralisé, etc. Ces derniers mois, les cas d'arrêts maladie et de burn out s'étaient multiplié au sein du personnel de l'établissement.

Cela faisait plusieurs mois que l'établissement faisait l'objet de signalement de cas de maltraitance et de souffrance au travail. Mais c'est le suicide d'un neurochirurgien de 36 ans, retrouvé mort dans un bloc opératoire le 2 novembre 2017, qui a produit un électrochoc au sein du CHU de Grenoble.

Suite à ce drame, Agnès Buzyn avait dénoncé devant l'Assemblée nationale des "situations graves de harcèlement" au sein de l'établissement et un rapport avait été commandé par le ministère de la Santé Publique. Rendu public ce lundi 8 janvier, le rapport réalisé par Edouard Couty, désigné médiateur national, s'appuie sur l'audition d'une trentaine d'employés de l'établissement.

 Excès de hiérarchie

L'état des lieux dresse une gestion managériale désastreuse qui gangrène l'ensemble des services du CHU de Grenoble.

"L'organisation classique, traditionnelle, de l'hôpital est très hiérarchique, son management est très centralisé."

Face à cette structure excessivement rigide, les employés réclament à la fois plus de transparence dans les décisions prises par la direction et plus de marge de manœuvre dans l'exercice de leur profession.

"Cette mauvaise communication induit des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :