Patrick Légeron : "L'urgence, c'est le management"

 |   |  738  mots
(Crédits : Estelle Poulalion)
Fondateur du cabinet Stimulus et coauteur du rapport de l'Académie de médecine sur le burn-out, le psychiatre Patrick Légeron détaille sa vision pour une meilleure prise en compte des conditions de travail et milite pour qu'évoluent les modes de management. Second volet de notre série consacrée au bien vivre au travail à l'occasion de la semaine pour la qualité de vie au travail.

ACTEURS DE L'ECONOMIE-LA TRIBUNE. Bonheur, bien-être, bien-vivre, qualité de vie au travail..., tous ces termes tiennent une place importante dans le débat. Ont-ils finalement la même signification ?

PATRICK LEGERON. Nous constatons des effets de mode. Ça vient et ça repart, alors que les problèmes persistent et que rien n'est résolu. Si nous voulons être rigoureux, le thème qui unit tout cela porte le nom de santé psychique au travail. Santé au sens que l'a défini l'Organisation mondiale de la santé en 1946. Malheureusement, cette définition, on l'oublie un peu trop. La France est en retard quand, en Europe du Nord, les premiers accords avec les partenaires sociaux ont été signés à la fin des années 1970. Chez nous, il a fallu attendre 2008. J'ai toujours regretté qu'en France, la santé au travail ne soit pas prise en compte par le ministère de la Santé, mais seulement par celui du Travail ou par l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact). Deux ministres qui ne se parlaient pas. Avec le nouveau gouvernement, la tendance semble s'inverser. Enfin.

Pour quelle(s) raison(s) ces notions suscitent-elles autant d'intérêt aujourd'hui ? Et sensibilisent...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :