Formation  : pourquoi l'ESSCA renforce ses positions à Lyon

 |   |  349  mots
(Crédits : DR)
Jusqu'ici installée dans le 6e arrondissement de Lyon, l'école supérieure de commerce d'origine angevine voit plus grand en installant un nouveau campus à Gerland. Première étape pour servir ses ambitions : franchir la barre des 1 000 étudiants d'ici 5 ans.

Depuis son ouverture, en septembre 2016, l'École supérieure de sciences commerciales d'Angers (ESSCA) est passée de 60 à 300 étudiants. Une croissance soutenue pour cette école de commerce post-bac qui "défend un autre modèle que la prépa tout en proposant un programme grande école en 5 ans", selon Jacques Boulay, le directeur du campus de Lyon.

Enjeux de croissance

Mais pour accueillir ses étudiants dans de meilleures conditions, et poursuivre son développement, l'école a choisi d'investir durablement dans un nouveau site. Trop à l'étroit dans ses 1 200 m2 des Brotteaux, elle a repris les anciens locaux de Mérial à Gerland, soit 5 étages sur 6 500 m2 entièrement dédiés à la formation (deux amphithéâtres, 30 salles de cours, deux salles de sport, des salles de travail collaboratif, etc.)

"Lyon est une ville très demandée par les étudiants au tissu d'entreprise très riche pour nourrir les échanges. Ce nouveau campus va nous permettre d'enrichir nos offres, nos programmes et renforcer notre accompagnement pédagogique", poursuit le directeur.

Et qui devrait permettre à l'entité lyonnaise (50 millions d'euros de budget, 230 permanents) de ce groupe indépendant, également présent à Angers, Paris, Aix-en-Provence, Bordeaux, Budapest et Shanghai de dépasser les 1 000 étudiants d'ici 5 ans.

Nouveaux programmes

Pour attirer ces nouveaux profils, l'école introduit de nouveaux cursus accessibles à l'issue des trois premières années de son programme grande école, un tronc commun généraliste commun à tous ses campus. "Nous avons un seul jury d'entrée et de sortie et des enseignements identiques dans tous les campus", assure Jacques Boulay.

"Nos étudiants peuvent choisir une trentaine de spécialisations. À Lyon, nous avons choisi d'en introduire une en lien avec le retail et la grande consommation, en formation continue ou en alternance. Il y a beaucoup d'acteurs du commerce qui nous ont fait part de leurs besoins", commente le directeur général.

En complément, la business school vise de nouveaux publics, plus difficile d'accueillir auparavant, comme les cadres utilisateurs de la formation continue et les étudiants internationaux. À ce titre, elle a lancé, en septembre dernier, un parcours 100 % anglophone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :