Réfugiés : le challenge de l'insertion professionnelle

 |   |  762  mots
(Crédits : Reuters Eric Gaillard)
Loin des réactions primaires et parfois irrationnelles, les réfugiés peuvent dynamiser une économie nationale. Avec des moyens d'intégration adéquats, entreprises, personnes réfugiées et globalement, toute la société, sera bénéficiaire d'une intégration réussie. C'est ce challenge que tente de relever l'ONG Action Emploi Réfugiés. Zoom sur cette initiative, en cette journée mondiale des réfugiés.

"Les réfugiés sont perçus parfois comme un fardeau, voire comme des voleurs. Au contraire, l'entreprise qui s'emparerait de cette question aurait tout à gagner, et plus globalement, cela aurait un impact positif pour la société", claque Soraya Addi, chef de projet au sein de l'ONG Action Emploi Réfugiés. En effet, à l'évocation de la "question" des réfugiés, et particulièrement celle de l'intégration de cette population, la dimension économique est rapidement abordée. Alors que des réactions épidermiques et primaires peuvent pointer du doigt les méfaits et le surcoût pour la société qu'ils représenteraient, plusieurs études - de l'OCDE au fond monétaire international - ont mis en avant la "plus-value" que les réfugiés peuvent apporter à une économie nationale. Le FMI, dans un rapport publié en 2016, au lendemain de l'afflux majeur de réfugiés en Allemagne, affirmait : "Les migrants peuvent avoir un effet stimulant sur la population active et un impact positif à long terme sur la croissance et les finances publiques, surtout dans les pays aux populations vieillissantes."

Technologie et mise en relation

Si au niveau macroéconomique l'équation semble pouvoir être positive, pour obtenir des résultats, des barrières sont à lever. "Il faut créer les mécanismes d'intégration professionnelle pour les réfugiés. Oui ces mesures (apprentissages des langues, reconnaissance des compétences et des diplômes, etc.) peuvent être coûteuse à court terme, mais elles sont avantageuses sur le long terme", assure Soraya Addi.

Ces dispositifs relèvent des politiques publiques, qui peuvent prendre du temps à se mettre en place. De façon plus pragmatique, Action Emploi Réfugiés (AERé) - né à Paris et qui essaime à Lyon -, a développé ses propres outils, basés sur trois volets forts : nouvelle technologie, communication, recherche.

L'association lancée en 2016, qui s'inscrit dans ces nouvelles structures qui utilisent la technologie pour résoudre des problèmes humanitaires, veut mettre en relation réfugiés et entreprises. Réseaux sociaux, Facebook, plateforme numérique : autant de canaux privilégiés par l'organisation. Mais la première priorité est la notion d'information, aussi bien du côté des réfugiés que des employeurs. "Beaucoup ne savent pas qu'une personne, qui a officiellement fait une demande d'asile, peut travailler", assure la jeune responsable. D'abord exclusivement...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :