Lobby gay : fantasme ou réalité ?

 |   |  294  mots
(Crédits : Cédric Roulliat)
Après avoir abordé la question du management et de la place en entreprises des personnes lesbiennes, gays, bi et transsexuelles (LGBT), notre enquête "patron homosexuel, et alors ?" soulève la question de l'existence - ou non - d'un lobby gay dans les affaires.

L'ostracisme dont les personnes LGBT sont victimes dans leur milieu professionnel pourrait-il les pousser à privilégier les collaborations avec d'autres membres de leur communauté, qui partagent un vécu similaire en matière de discrimination ?

Cela dépend des individus. Et où ces derniers fixent-ils la limite éthique de l'acceptable, c'est-à-dire la ligne de démarcation entre ce qui relève de l'entraide légitime mais honnête au regard des histoires souvent douloureuses - homophobie, ravages du sida - et ce qui s'apparente à un soutien communautariste invisible et donc discriminatoire, alors comparable aux "mauvaises pratiques de la mauvaise maçonnerie" ? Il semble qu'une quelconque mainmise d'un supposé "lobby gay" tienne surtout du fantasme, en particulier dans les milieux économiques et d'affaires.

Le business reste le business, et l'argent n'a pas de sexe. "Il pourrait en effet y avoir un 'marché gay', convient Alain Meynier, ébéniste dans la région lyonnaise. Mais je ne vois pas l'intérêt de démarcher uniquement une clientèle en particulier. Moi-même, je n'ai pas un autocollant sur ma voiture pour dire que je suis 'artisan gay' !"

Pas question non plus pour Guillaume Tanhia,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2018 à 12:15 :
Il existe bien un lobby des footballeurs, des rugbymen et je suis sûr qu'il doit en exister des mangeurs de cassoulets...

Après c'est leur puissance qu'il convient de mesurer, or la puissance du lobby intolérant d’extrême droite est elle particulièrement élevée en UE du fait de notre héritage nazi.
a écrit le 02/02/2018 à 23:19 :
Pour faire des affaires nul besoin d’etre Gay, hétérosexuel , lesbienne ou transsexuel

Je ne pense pas que il existe un lobby d’affaire par rapport au statut sexuel d’un individu

Cela relève plus du fanstame que de la réalité , des fantasmes véhiculés par des «  on dit »...un moyen d’influence sur les consciences collectives

Les affaires dépendent des «  réseaux » de connaissances ( carnet d’adresse)
Le statut sexuel est un sujet devenu tabou dans les sociétés actuelles
C’est mieux accepté sans à priori.
a écrit le 02/02/2018 à 21:37 :
Le "lobby gay" n'existe pas, c'est un fantasme chez certains hétéros. Il y autant de préjugés, de racisme ou de discriminations chez les homos que chez les hétéros. Il faut voir les sites de rencontre gay pour réaliser que les homos ne se font aucun cadeau entre eux : pas de vieux, pas de folles, pas de gros, pas de beur, etc... Il y a des gays qui peuvent recruter ou favoriser un employé gay parce qu'il le trouve attirant physiquement mais tout autant que chez certains hétéros, ni plus ni moins, et çà reste trés marginal.
a écrit le 02/02/2018 à 18:17 :
La bonne question serait plutôt : "dans les médias". Et dans ce cas la réponse ne ferait guère de doute. Raison suffisante peut-être pour ne pas la poser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :