Patron homosexuel, et alors ?

 |   |  2219  mots
(Crédits : DR Kanellos COB)
Les questions d'orientation sexuelle et d'identité de genre ne sont pas censées occuper le devant de la scène au travail. Or elles déterminent en filigrane nombre de relations entre collègues et de rapports de pouvoir au sein de l'entreprise. Et la problématique de l'inclusivité des personnes lesbiennes, gays, bi et transsexuelles (LGBT) demeure un tabou, en particulier dans les PME où les compétences en matière de RH s'avèrent variables.

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.  Ne pas mélanger vie privée et vie professionnelle : l'adage est connu de tous, patrons comme salariés. Dans la pratique, il fait plutôt figure de contre-vérité, que l'on soit dirigeant ou exécutant. Depuis une dizaine d'années, des études se sont penchées sur le ressenti des travailleurs LGBT français, les représentations globales des salariés et les pratiques actuelles. Elles constatent toutes qu'environ deux tiers des LGBT se dissimulent au travail ou se dévoilent de manière extrêmement sélective. En 2015, un rapport inédit de SOS Homophobie montrait que seules 18 % des lesbiennes interrogées confient à l'intégralité de leurs collègues leur orientation sexuelle.

« La tendance générale est de repousser cela dans la sphère privée, d'en faire un non-sujet. Il reste malvenu d'en parler car cela renvoie à une minorité, constate Christophe Falcoz*, spécialiste du management de la diversité, professeur associé à l'Institut d'administration des entreprises (IAE) Lyon. Souvent, les personnes se débrouillent pour porter un masque "normal", hétéronormé, dans ce réflexe de déni et...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :