Grand Frais : les salariés de Cremlog refusent le licenciement économique

 |   |  518  mots
(Crédits : STEPHANIE GALLO)
A la Talaudière, les salariés de Cremlog (prestataire exclusif logistique crèmerie du groupe Grand Frais) sont dans un bras de fer avec leur direction. Ils refusent le Plan de sauvegarde de l'emploi présenté suite à la décision de déménager la plateforme logistique à Saint-Priest.

Sur ordonnance du tribunal de grande Instance de Saint-Etienne notifiée hier soir à 17 heures, les salariés de Cremlog ont dû lever le piquet de grève qu'ils tenaient depuis jeudi dernier, mais poursuivent le bras de fer avec la direction. Implantée à la Talaudière dans la Loire sur l'ex-site CFF, et présidée par Serge Digonnet, Cremlog (CA 2015, dernier chiffre publié : 7,1 millions d'euros pour un résultat net de 93.000 euros) appartient à la galaxie du groupe lyonnais Grand Frais, chaîne de magasins de produits frais (200 magasins ; CA 2016 : un milliard d'euros), dont elle est le prestataire logistique exclusif crèmerie.

Des salariés concernés par le PSE

Les salariés, emmenés par la CGT, protestent contre le déménagement de la plateforme ligérienne sur un nouvel espace de 15 300m² à Saint-Priest dans le Rhône. Déménagement annoncé en mai dernier aux salariés et se traduisant par une proposition de reclassement des 40 salariés en CDI et l'interruption des 70 contrats de prêts de main-d'œuvre de Prelodis (autre société logistique de Serge Digonnet également dans le groupe), disposant actuellement de contrats de prêts de main-d'œuvre.

Une quinzaine de salariés aurait accepté un...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :