Smart grid : Lancer Energy Storage prêt à déployer ses radiateurs connectés

 |   |  836  mots
(Crédits : DR)
Après sa première levée de fonds de série A, la jeune pousse iséroise Lancey Energy Storage ambitionne de multiplier sa production par cinq dès l’an prochain pour atteindre les 5 000 radiateurs connectés à l’échelle de l’Hexagone.

Après un premier tour en amorçage de 700 000 euros, qui lui aura permis de démarrer la production de ses premiers radiateurs intelligents, le fabricant isérois Lancey Energy Storage vient de franchir une seconde étape clé de son développement.

La jeune pousse de 20 salariés, créée en juin 2016, a clôturé sa première opération de série A, d'un montant de 8 millions d'euros auprès du fonds Engie New Venture, initiateur de ce tour de table, mais également du fabricant canadien de radiateurs électriques Stelpro, avec lequel il envisage aussi de futures collaborations.

"Ce n'est pas la société Stelpro qui a investi elle-même, mais son Ceo, Yves Chabot, qui détient près de 90% des parts. Cela nous permet avoir également un partenariat de licensing pour l'Amérique du Nord avec la société", explique Raphaël Meyer, Ceo de Lancey.

Une équipe devrait d'ailleurs être prochainement envoyée au Québec afin de démarrer ce partenariat, qui pourrait conduire à la fabrication d'une nouvelle solution Stelpro Powered by Lancey au sein de l'usine québécoise du groupe.

Des subventions de l'Union Européenne (via notamment l'instrument du SME pour 1,5 millions d'euros), d'investisseurs privés et de banques viennent également compléter ce nouveau tour de table.

Une évolution qui inclut également la mise en place d'un comité de direction, au sein duquel les nouveaux actionnaires pourront ainsi participer activement aux décisions stratégiques de l'entreprise, tandis que les quatre fondateurs de départ (Raphaël Meyer, Gilles Moreau, Hervé Ory ainsi que la SATT Linksium) demeureront majoritaires au sein du capital.

"Engie avait par exemple des ambitions dans le domaine de l'énergie, en ce qui concerne le volet commercial, afin de proposer de nouvelles offres de fourniture d'électricité, avec une vision à l'échelle du bâtiment", justifie Raphaël Meyer.

Une chaîne du secteur des smart grids

Car avec son radiateur connecté, offrant des fonctions de stockage grâce à une batterie lithium-ion, Lancey Energy Storage amène ainsi une nouvelle brique technologique (sur laquelle elle possède d'ailleurs plusieurs brevets en propre), qui suscite l'intérêt des plus grands énergéticiens. Et pour cause : ses radiateurs intelligents ont été conçus pour pouvoir se connecter aux énergies renouvelables (photovoltaïque, etc), mais aussi se recharger en heures creuses sur le réseau traditionnel.

Une bonne nouvelle pour les ménages, qui peuvent espérer des économies de consommations pouvant aller jusqu'à 50% en matière de chauffage, mais aussi les fournisseurs d'énergie, qui travaillaient justement à éviter les pics de consommation rencontrés en début et fin de journée.

"L'un des enjeux des fournisseurs d'électricité n'est pas tant le coût ou la quantité d'électricité produite, mais plutôt le moment auquel celle-ci peut être vendue, en s'inscrivant dans une logique de réseau intelligent", fait valoir Raphaël Meyer.

Et l'isérois n'aurait jusqu'ici que peu de concurrents potentiels sur ce segment : avec, d'un côté, des radiateurs électriques classiques, mais ne possédant pas de capacité de stockage, ou bien des solutions de stockage à plus grande échelle proposées par certains grands énergéticiens, mais sans intégrer de notion similaire en matière de pilotage de l'énergie.

Objectif : 5 000 radiateurs d'ici l'an prochain

Alors que 1 000 appareils devraient déjà être livrés d'ici la fin 2019, la jeune pousse souhaite profiter de sa levée de fonds pour financer une accélération de sa production, qu'elle réalise en partenariat avec deux sous-traitants, basés à Valence et Montpellier. Avec un objectif : dépasser le cap des 5 000 produits vendus l'an prochain auprès du grand public, mais aussi de fournisseurs d'énergie comme Engie ou de professionnels BtoB.

"Un certain nombre de négociations sont en cours, y compris dans le domaine de la distribution de matériel ou auprès d'un certain nombre de bailleurs sociaux et de collectivités territoriales", glisse Raphaël Meyer.

Car tout l'enjeu pour la société sera désormais de parvenir à équiper un maximum de foyers avec un à plusieurs de ses radiateurs. Lancey Energy Storage devrait ainsi proposer un appareil d'entrée de gamme (optimisé pour la gestion centralisée du chauffage mais sans la fonction de gestion de l'énergie photovoltaïque) à un tarif avoisinant les 700 euros/pièce, ainsi qu'un appareil de catégorie supérieure (prévu pour gérer l'autoconsommation), qui se situerait quant à lui juste en dessous de la barre des 1000 euros/pièce.

Pour accélérer son déploiement, la société étudie la possibilité de proposer un module de formation, destiné aux installateurs chauffagistes, présents sur le territoire français, ainsi que de développer des partenariats avec d'autres acteurs afin de concevoir des offres plus globales, incluant les radiateurs mais également des services.

Avec, comme première étape, le marché français, qui devrait être très rapidement rejoint, d'ici 2021, par de premières ventes à l'export (Canada, Royaume-Uni, etc).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :