Cleantech : Amoeba, les nouvelles raisons d'y croire

 |   |  1009  mots
(Crédits : Aurélie Raisin Photographies)
Toujours dans l'attente de l'approbation des autorités sanitaires européennes et américaines pour la commercialisation de son biocide biologique dédié au traitement de l'eau présenté comme une alternative aux produits chimiques, la cleantech lyonnaise Amoeba entrevoit de nouvelles perspectives après des tests concluants confirmant l'efficacité de sa solution pour la protection des plantes.

Enfin une bonne nouvelle pour Amoeba. La startup lyonnaise, qui développe une solution biologique alternative aux produits chimiques, a annoncé, fin juillet, des résultats confirmant l'efficacité de sa substance active contre le mildiou (un champignon parasitaire) de la vigne.

Des tests positifs de son agent de biocontrôle qui serviront de base pour l'élaboration d'un dossier réglementaire en vue d'une homologation nécessaire à l'autorisation de mise sur le marché de son biocide.

Une commercialisation de son produit dans le secteur de la protection des plantes, évalué à 1,6 milliard d'euros par an dans le monde, qui pourrait intervenir en 2022 aux Etats-Unis et en 2025 en Europe selon Amoeba.

"Nous avons démontré, dans des conditions réelles de champs et non pas seulement en laboratoire, que l'efficacité de notre produit est équivalent aux produits chimiques utilisés. Nous pouvons désormais imaginer l'utilisation de notre substance active dans le traitement d'un des pathogènes des grandes cultures comme le blé et le soja. C'est donc une nouvelle activité qui mobilise nos équipes, avec d'importantes perspectives commerciales et économiques", commente Fabrice Plasson, le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :