[Crise de l'eau 2/5] Inovaya  : l'atypique Monsieur Propre des eaux industrielles

 |   |  711  mots
(Crédits : DR)
À l’heure où la ressource en eau devient de plus en rare, et qu’il devient urgent de l’économiser, La Tribune vous propose chaque semaine durant l’été le portrait d’une startup qui fait de cette contrainte une opportunité de développement. Second épisode avec la jeune pousse lyonnaise Inovaya, fondée par un doctorant roumain d'origine syrienne, qui a mis au point un procédé innovant de traitement des eaux usées industrielles.

Jeune pousse lyonnaise fondée en 2017, Inovaya, qui conçoit des solutions de traitement des eaux usées à destination des industriels, a une histoire déjà riche et peu commune.

Son fondateur, Khaled Al Mezayen, un docteur en pharmacie d'origine Syrienne a d'abord créé, en 2013, une première entreprise qui développait un système de filtration d'eau en Roumanie, son pays de naissance. " Le procédé fonctionnait bien ", rapporte Khaled Al Mezayen. Mais des désaccords stratégiques le pousse à partir et fonder une nouvelle société, Inovaya, qu'il décide, cette fois, d'implanter en France, pays qu'il a découvert lors de son doctorat puis de son mastère en management des industries de santé à Toulouse.

"J'ai réalisé un benchmark des différentes villes françaises, et Lyon s'est imposé. Je ne connaissais pas la ville, mais l'accompagnement de l'Aderly pour la recherche de locaux et les premiers recrutements ont fait la différence", note le dirigeant.

Il s'installe donc dans le 3e arrondissement de Lyon pour développer une entreprise destinée, à la base, à déployer un système de traitement et de production d'eau portable innovant et peu coûteux pour faciliter et sécuriser...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :