"L’interdiction totale du glyphosate serait suicidaire pour l’agriculture" (Benoit Rabilloud, Bayer France)

 |   |  2619  mots
(Crédits : DR)
Pur produit de la "Maison Bayer", Benoit Rabilloud vient de succéder à Franck Garnier à la tête du géant d'origine allemande Bayer, acteur incontournable de la santé et de l'agriculture. S'il s'inscrit dans la politique initiée par son prédécesseur, il a la tâche de mener à bien la fusion entre Bayer et Monsanto en France, alors même que la firme est chahutée de toute part.

Trois procès, trois condamnations aux États-Unis, une reconnaissance de responsabilité en France par un tribunal lyonnais, quel impact pourrait avoir à long terme ces affaires judiciaires sur Bayer ?

Malgré les procès que vous évoquez, nous sommes convaincus de la nécessaire transformation de l'agriculture. Et convaincus de notre contribution à cette transformation dans laquelle nous sommes déjà résolument engagés, notamment grâce à l'acquisition de Monsanto. En France en particulier, nous sommes confiants dans notre capacité à poursuivre le développement de nos activités.

Ne craignez-vous pas une dévalorisation financière de vos actifs ?

Nous avons enregistré une bonne croissance en 2018 malgré tous les défis. Et nous avons déjà des objectifs ambitieux jusqu'en 2022. L'acquisition de Monsanto fait tout à fait sens à long terme et renforcera notre rang dans les sciences de la vie.

Bayer existe depuis plus de 150 ans et a connu d'autres défis à relever au cours de son
parcours. Le rachat de Monsanto fait partie d'une stratégie à long terme dont nous sommes convaincus de la pertinence et du bien-fondé pour l'agriculture et pour les consommateurs.

Pourquoi avoir choisi de racheter...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2019 à 9:38 :
Pas bien compris pourquoi bayer avait racheté monsanto ? pour couler
?nos pays ne veulent pas de ce produits qui apparemment nuit plus qu'autre chose
a écrit le 01/06/2019 à 9:13 :
"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme." Avec le recul, les statistiques et les rapports d'alerte... comment peut on encore ignorer que nous allons droit dans le mur avec les pratiques actuelles?
J'aimerais bien savoir si les employés de ce géant planétaire donnent à manger à leurs enfants des produits ogm bourrés de pesticides?
Faites ce que je dis mais pas ce que je fais.
Désolant, écoeurant... on vit dans un monde où l'économie au sens de la création d'emplois peut se permettre tout sans contrôle.
a écrit le 29/05/2019 à 19:04 :
La violence des commentaires me sidère.
Fi de la raison et des nuances.
Alimentée par les marchands de peur, c'est l'émotion qui commande avec son lot d'attaques et d'insultes.

Le niveau des "arguments" avancés me fait penser que les commentateurs ne sont manifestement expert ni en toxicologie, ni en agriculture, ni en économie. Qu'à cela ne tienne !

Ma réalité d'agriculteur, c'est que la nature n'est pas que bonne.
Il existe des ravageurs, des parasites, des maladies, des mauvaises herbes.
Depuis les débuts de l'agriculture, les agriculteurs partout dans le monde cherchent des solutions contre ces ennemis des cultures.
Et oui, les pesticides sont des outils utiles pour lutter contre ces problèmes qui ont de tout temps anéanti des récoltes.

Grâce aux engrais de synthèse et aux pesticides développés au XXème siècle, nous pouvons manger à notre faim et éviter des corvées harassantes dans les champs.
Disant cela, je ne nie pas les dangers et la nécessité de lutter contre une utilisation qui a été longtemps trop facile.
Mais j'appelle à raisonner, à utiliser la balance bénéfices/risques.
Car rien n'est simple. Ce n'est pas blanc ou noir.

Cessons donc les anathèmes et mesurons les résultats économiques, sociaux et environnementaux de manière objective. Et encourageons les meilleurs compromis.
Réponse de le 01/06/2019 à 13:28 :
Ca fait mal d'entendre de tels propos de la part d'un agriculteur. Le compromis n'est pas un objectif le consensus oui.
Trop facile de sacrifier l'invisible au profit de la minorité visible (les humains).
Plusieurs de vous confrères ont d'ores et déjà trouvé des alternatives viables économiquement et écologiquement. Acceptons qu'une partie des récoltes alimentent les insectes et autres "indésirables" nécessaires au grand tout.
Votre vision étriquée nous a conduit à notre perte et vous souhaitez continuer sans que nous n'ayons voix au chapitre.
Stop au lobby de l'agriculture intensive et revalorisons le métier de l'agriculteur pour le payer au juste prix.
Un agriculteur ne peut continuer de scier la branche sur laquelle il est assis.
Je change mes habitudes pour vous donner la possibilité de changer les vôtres. Et tout le monde est gagnant.
a écrit le 29/05/2019 à 18:52 :
Suicidaire pour l’agriculture mais salvatrice pour la vie , nos enfants , la terre , l’avenir ........moi j’ai choisi !
a écrit le 29/05/2019 à 12:20 :
Le problème est l'ignorance totale de l'opinion publique sur les apports de la chimie dans le développement des cultures. On entend dire de la part des consommateurs ou des politiques par exemple qu'il faut interdire les pesticides. Mais on ne précise pas s'il s'agit d'insecticides, des herbicides ou des fongicides et l'amalgame est soigneusement entretenu par les contestataires de la chimie. En fait l'opinion publique pense au glyphosate quand elle parle de pesticides.Si on interdisait tous les insecticides les citoyens seraient beaucoup plus concernés dans leur vie de tous les jours et moins enthousiastes.
Réponse de le 29/05/2019 à 16:03 :
Et "concernés" par ? Précisez donc votre pensée... Concernés par d'autres vies - ben mince, en voilà une de calamité !
a écrit le 28/05/2019 à 22:05 :
Bayer-Monsanto, "sciences de la vie"...faut être bien payé pour oser ça !!!
a écrit le 28/05/2019 à 18:08 :
Après avoir contribuer à gazer nos poilus, la chimie allemande éradique l'ensemble de la nature. Rappelons une nouvelle fois que l'homme a besoin de la nature qui était présente des millions d'années avant nous, mais que la nature n'a pas besoin de l'homme pour se réguler elle même.
a écrit le 28/05/2019 à 11:55 :
et comment explique t il que les Français pissent tous du glyphosate à des doses parfois très importantes ? ..même ceux qui prennent pas le train 😉...avec juste un petit 2% de vente de produits glyphosatés..
a écrit le 28/05/2019 à 10:19 :
Science de la vie ?
Si on les écoute, il est naturel de cultiver sur un sol empoisonné; et même de récolter après aspersion pour dessécher à fond les brins de blé afin que 100% des grains tombent bien. Moi, je ne mange pas de ce pain-là fait avec du grain empoisonné de sa naissance à sa fin de vie, je ne cuisine pas avec cette farine-là, et mon taux de glyphosate atteint pourtant 0.3 nanogramme/millilitre alors que notre eau buvable ne doit pas en contenir plus de 0.1 . La moyenne de mon groupe (24 ardechois plutot 'bio') est de 0,72 nanogramme/millilitre. La valeur la plus élevée est de 2,04 et la plus faible est de 0,20.

On empoisonne la nature avec la chimie et l'on vend ensuite les médicaments qui remplacent les plantes médicinales et la bonne alimentation que nous offrait la nature préservée.
Vive le bio ! Vive les courageux qui travaillent le sol de leurs mains et se remplissent les yeux et l'esprit des cadeaux que la nature vivante nous offre à profusion pour peu qu'on la respecte
a écrit le 28/05/2019 à 8:58 :
Ben voyons, on va se tirer une balle dans le pied ! Il est paye combien le journaliste ? Parce que a ce niveau là, ce n'est plus un article mais un encart publicitaire.
a écrit le 28/05/2019 à 8:05 :
.....suicidaire ....pour l'agriculture peut-etre mais pas pour les maladies !
Mon grand père n'avait pas de pesticides et n'a jamais "suicidé" son exploitation !!!
a écrit le 28/05/2019 à 6:48 :
Bel exercice de publireportage M. Rabilloud !
Le plus important c'est d'y croire et on lit très bien à travers vos mots tout l'effort d'autoconviction que cela demande.
"Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien..."

Bon courage pour la suite!

Enfin, vos tentatives d'argumentation agronomiques en défense du glyphosate sont fort peu convaincantes, mais... à quoi bon demander au marchand ce qu'il pense de son produit ???
Réponse de le 28/05/2019 à 9:30 :
Enfin un journal qui donne la parole à la défense. C'est toujours inquiétant de n'entendre que l'accusation !
a écrit le 28/05/2019 à 6:43 :
Les gilets jaunes ont une opinion sur tout et savent mieux que tout le monde.
a écrit le 28/05/2019 à 2:46 :
Non: elle serait juste catastrophique pour l'industrie de l'agriculure et des lobbies agro-chimique et pharmaceutique. Pas pour l'agriculure ni les agriculteurs,ni les consommateur ni les producteurs organiques, bios, permaculeurs etc,etc,etc... nuance. Faut arrêter des prendre les gens pour des c**s maintenant.
a écrit le 27/05/2019 à 20:25 :
Avant le lobby empoisonneur prenait des prete n9ms. Ce n'est même plus le cas.
a écrit le 27/05/2019 à 17:37 :
"il n'y a pas de danger. L'autopsie le prouvera."
Vous pouvez me rappeler qui est arrivé à 3ème aux élections hier ? Venir tenir ses propos aujourd'hui est au mieux du suicide, au pire de la provocation ! En tous cas on retrouve toujours le même cynisme
a écrit le 27/05/2019 à 16:16 :
"Ces discussions sur le glyphosate restent très françaises."

Oui voilà c'est pour ça que vous avez prit deux milliards dans la gueule dès le troisième procès américain !

Mais oups désolé faut que je reparte vomir...
a écrit le 27/05/2019 à 15:33 :
... du glyphosate ne sera en aucun cas suicidaire pour l'agriculture - en tout cas pour une agriculture saine, productive et de qualité - mais elle l'est assurément pour les paysans et les consommateurs que le glyphosate empoisonne. Continuer à la produire d'une part et continuer à l'autoriser d'autre part relève du crime contre l'humanité. Alors qu'aujourd'hui tout le monde sait pertinemment bien (hormis quelques corrompus, une poignée de vendus et un ramassis de crétins décérébrés) que ce produit est toxique, voire mortel. Quant à LT, oser donner la parole à un représentant d'une société dont les produits sont criminogènes ne relève en aucune cas d'une quelconque "liberté de la presse, mais bien d'une manipulation et d'une propagande aussi nauséabondes l'une que l'autre).
Réponse de le 30/05/2019 à 7:13 :
Produit toxique voir mortel ? Comme tous les produits en fait, eau comprise. C'est une question de dosage...Et pour le glyphosate la dose toxique est suffisament élevée pour que le risque pour le consommateur soit négligeable. Votre verre de vin quotidien est certainement bien plus nocif pour votre santé que les traces de glyphosate que vous pouvez trouver dans vos aliments. L'agriculture bio pose beaucoup plus de problème de santé publique que le glyphosate !!!
Revoyez vos sources et documentez vous et merci d'arrêter d'insulter ceux qui ont une opinion diffèrente que vos idées fumeuses.
a écrit le 27/05/2019 à 15:27 :
On verra comment les dossiers vont évoluer, mais nous sommes clairement sortis du rationnel. On peut argumenter sans fin sur le principe de précaution, mais force doit rester à l'expertise technique et à nos agences techniques publiques nationales et européennes. Quand on voit des tribunaux se substituer aux agences techniques de santé nationales, infirmer leurs positions, il y a danger. Quand on voit les écologistes clamer haut et fort des contre-vérités, à l'encontre des données accumulées sur leurs demandes (les résultats des cohortes par exemple), il y a danger. Les questions fondamentales sont la confusion des missions (politiques/médias/agences techniques/justice), et le refus de nos concitoyens, surtout en France, de considérer des activités porteuses de risques, même si les alternatives sont pires.. Il faut revenir à la Raison, regarder les données bien en face, bien sûr aller vers le plus soft pour nos populations et l'environnement en général (mais cela est déjà acquis, aucune technologie qui serait plus problématique ne serait être approuvée par les autorités). Tout comme Pierre Cahuc et Zylberberg avaient dénoncé le négationnisme économique, il faut dénoncer le négationnisme scientifique.
a écrit le 27/05/2019 à 15:21 :
Monsieur Rabilloud, Ce qui est suicidaire pour l'humanité, c'est de continuer l'agriculture intensive et les produits chimiques. Il y a d'autres moyens de nourrir l'humanité, même croissante, et meilleurs aussi pour les sols, vous le savez très bien ; d'autres moyens de désherber sont à l'étude. C'est surtout vos profits qui sont compromis. Arrêtez de mentir éhontément. Arrêtez la propagande criminelle, de grâce.
a écrit le 27/05/2019 à 11:36 :
Ca va leur couter un bras. Monsanto a fait une superbe affaire en dealant ce boulet aux allemands.
L'heure des proces va saigner bayer.
Quant a ce lobbyste qui pense que l'agricululture sans produits phyto, il est sur un siege ejectable.
a écrit le 27/05/2019 à 10:16 :
Il défend son fond de commerce quitte à détruire la planète et ses habitants !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :