A Lyon, le gouvernement milite pour davantage de croissance verte

 |   |  342  mots
(Crédits : Global Industrie)
En marge du salon international Global Industrie, le ministre de l'économie et des finances Bruno Le Maire et la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher ont réaffirmé les ambitions du gouvernement en matière d'industrialisation. Sans pour autant sacrifier la question de la transition énergique.

En marge de l'inauguration du salon Global Industrie, Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Runacher présidaient le Conseil national de l'industrie (CNI), une instance consultative qui a pour objectif de valoriser les activités du secteur. L'occasion de faire le point sur l'avancée de "la reconquête industrielle voulue par le président et le gouvernement", a rappelé le ministre.

Sur 18 filières structurées prévues par le plan de revitalisation, il ne reste plus que "cinq filières en cours de structuration". Quant à la digitalisation des entreprises qui passe, entre autres, par les structures d'accompagnement et d'accélération de BPI France, 600 entreprises ont déjà été accompagnées sur les 4000 entreprises prévues d'ici à fin 2021.

"Accélérer sur tous les fronts"

"Ces bons résultats sont très encourageants, mais il nous faut accélerer sur tous les fronts", a poursuivi Bruno Le Maire.

Le ministre de l'économie souhaite, pour autant, continuer à protéger les sites industriels fragiles, à l'image du site de Ford Blanquefort que le constructeur automobile a décidé de fermer.

"J'ai obtenu que Ford paye 20 millions d'euros pour la réindustrialisation du site, ainsi qu'un plan social...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :