Le groupe SNF obtient un prêt de 180 millions d'euros de la BEI

 |   |  257  mots
(Crédits : DR)
Le projet du leader mondial des polymères hydrosolubles pour sa future usine de Dunkerque (160 emplois, mise en route espérée d'ici à 18 à 24 mois) a séduit la Banque européenne d'investissement (BEI).

Au point de lui faire franchir un cap.

"La moyenne de nos prêts est de 50 millions d'euros. L'opération avec SNF est donc très significative", souligne Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI.

L'homme, en charge du « Plan Juncker », est clair : "Ce projet a pu être mené car il correspond parfaitement aux priorités que nous ont fixées nos actionnaires, les États membres de l'Union européenne".

Parmi celles-ci figurent en premier lieu les investissements dans les "zones de cohésion", l'industrialisation, la R&D et le traitement de l'eau. C'est d'ailleurs pour cette raison que la BEI est venue proposer ses services à l'entreprise ligérienne lorsque celle-ci a annoncé, l'année dernière, sa volonté de construire son troisième site industriel français.

Nouvelle usine et R&D

Le prêt de 180 millions d'euros, conclu il y a quelques semaines, finance également le plan de R&D pour les quatre prochaines années (investissement total : 375 millions d'euros). Le taux d'intérêt est de 1,75 %, "un ratio très intéressant", selon Pascal Rémy, le PDG du groupe SNF (3 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2018, 6 000 collaborateurs).

Le nouveau site de Dunkerque sera consacré à l'export...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :