Ulis / Sofradir : une réorganisation pour de nouvelles ambitions d’ETI

 |   |  1005  mots
(Crédits : DR/Ulis)
Depuis quelques mois, les sociétés Sofradir et Ulis se sont encore rapprochées. Car si sur le papier, Sofradir demeure légalement la maison-mère d’Ulis, la réorganisation amorcée courant 2018 par les deux entités pourrait bien conduire le duo vers de nouveaux horizons.

"Ulis et Sofradir vont changer de dimension", indique en préambule le président d'Ulis, Jean-François Delepau. Ce dernier a également récupéré courant 2018 les rênes de la maison-mère Sofradir, quelques mois après le départ de son pdg Philippe Bensussan, "qui a souhaité répondre à de nouveaux challenges" professionnels.

Alors qu'Ulis annonçait depuis ces dernières années des perspectives de croissance régulières et soutenues (+20%), le fabricant de capteurs infrarouge (210 salariés), né en 2002, s'est donc finalement rapproché de son voisin Sofradir (750 salariés), déjà présent sur le même site de Veurey-Voroize, dans la banlieue de Grenoble, depuis sa création en 1986.

Un groupe qui pèse désormais 220 millions d'euros de chiffre d'affaires, pour près de 960 employés. Mais sur le terrain uniquement, car sur le papier, Ulis et Sofradir demeurent encore deux entités distinctes.

"La structure juridique ainsi que l'actionnariat ne changent pas : Sofradir reste détenue à 50% par Thalès et Safran, tandis que Sofradir possède toujours 100% des parts d'Ulis", explique le président.

Après avoir "hérité" des deux entités en mars dernier, la première chose que Jean-François Delepau a...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :