Mecacentre : les conséquences dramatiques de la grève

 |   |  756  mots
(Crédits : Stéphanie Gallo)
Fin du conflit chez ZF PWK Mécacentre à Saint-Etienne. Après 9 jours de grève, le fabricant stéphanois de pièces pour l’automobile reprend la production. Mais cet épisode s’annonce d’ores et déjà lourd de conséquences.

A la sortie de la réunion de médiation pilotée par la Direccte hier après-midi, Laurent Dupont, le DRH de ZF PWK Mecacentre (240 salariés) est soulagé. Mais dépité.

"En reprenant le travail dès ce soir, c'est moins grave que si la grève s'était arrêtée demain, bien moins grave que si elle s'était arrêtée après-demain. Mais il ne faut pas se voiler la face, les conséquences pour l'entreprise seront graves à moyen terme", souffle Laurent Dupont.

Avec neuf jours de grève et de blocage total des camions, le fabricant stéphanois de pièces pour l'automobile (rotules de direction et de stabilisation) s'est mis à dos une bonne partie de ses clients, réputés intraitables sur les délais.

"Dans l'automobile, il y a zéro stock, la production se fait à flux tendu. Si nous ne livrons pas les clients dans les temps, nous bloquons les véhicules au milieu de leur chaîne de production. C'est une faute impardonnable dans ce métier".

Laurent Dupont estime à 20% minimum les volumes de production qui devraient s'envoler vers d'autres sites concurrents.

"Les clients nous ont déjà annoncé les sanctions. C'est irrévocable. Il n'existe pas de droit à l'erreur". A cette perte d'activité prévisible...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :