Tourisme industriel : le sens des affaires

 |   |  1762  mots
La Compagnie nationale du Rhône engage trois millions d'euros dans l'aménagement de parcours de visites sur deux des barrages qu'elle exploite sur le Rhône.
La Compagnie nationale du Rhône engage trois millions d'euros dans l'aménagement de parcours de visites sur deux des barrages qu'elle exploite sur le Rhône. (Crédits : Camille Moirenc)
Les touristes sont de plus en plus nombreux à pousser les portes des entreprises : de 2012 à 2014, leur nombre est passé de 12 millions à 14 millions. Un voyage au cœur du patrimoine industriel, agricole et scientifique que les entreprises s’efforcent de mettre habilement en scène. Avec ce tourisme d’un autre genre, qui s’ancre durablement, elles assurent ainsi leur notoriété et même une partie de leur chiffre d’affaires. Finalement à peu de frais. Retour sur cette pratique alors que s'ouvre ce lundi la semaine de l'industrie.

lI fut un temps où seuls les lève-tôt piétinaient de longues minutes en bleu de travail devant le portail de "l'usine", avant de pénétrer dans les ateliers. Aujourd'hui, aux abords des sites industriels, les files d'attente se forment en journée et le bleu n'est plus la couleur dominante. Pour cause, "l'usine" est devenue un haut lieu du tourisme. En 2016, le célèbre Routard a même sorti une édition du guide de la visite d'entreprise.

"De 2012 à 2014, le nombre de visiteurs d'entreprises est passé de 12 millions à 14 millions", calcule Cécile Pierre, déléguée générale de l'association de la visite d'entreprise (AVE) et directrice de l'Agence de développement de la visite d'entreprise (Adeve).

Tout ce qui jadis était l'antre des seuls salariés attire irrémédiablement : les sites industriels, mais aussi agricoles, les ateliers d'artisans ou encore les laboratoires. Les touristes, en quelque sorte, deviennent "industriels." Pourtant, le qualificatif ne fait pas l'unanimité.

"La visite d'entreprises est déguisée en tourisme industriel. Ce concept est pourtant vieux comme le monde. Depuis toujours, les entreprises sont nombreuses à ouvrir leurs portes. À la famille de leurs salariés d'abord, mais aussi à tout un chacun. Il ne faut pas oublier que ce concept fait simplement écho à la vente au comptoir qui, de tout temps, surtout dans le secteur alimentaire, a permis aux entreprises de réaliser du chiffre d'affaires, analyse Érick Leroux, professeur d'économie associé à l'université Paris 13, spécialiste du tourisme durable. Aujourd'hui, les visiteurs affluent, car l'occasion leur est donnée de découvrir un patrimoine local à vocation industrielle, agricole ou encore scientifique. Il ne s'agit pas vraiment de tourisme, car très rares sont ceux qui vont parcourir des centaines de kilomètres pour pousser la porte d'une usine ou d'un barrage, contrairement aux touristes qui, eux, peuvent organiser leur temps libre pour découvrir un site ou une exposition."

Au-delà des mots, le phénomène s'ancre dans les pratiques. Pour la plus grande satisfaction des entreprises.

Chiffre d'affaires

Les touristes sont avant tout des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :