Bosch Rexroth  : fin d'une grève de quinze jours

 |   |  580  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
À l'issue d'un dernier round de négociations avec le président de Bosch France, les syndicats ont appelé à la fin du conflit qui durait depuis le 26 avril. La direction s'est engagée à garantir des effectifs minimum jusqu'en 2020 et à maintenir une ligne de production.

Article publié le 11/05/2016 à 16:36. Actualisé le 12/05/2016 à 10:00

Au terme d'un conflit de 15 jours effectifs, le mot d'ordre de grève a été levé dans l'usine Bosch Rexroth de Vénissieux, à l'appel des trois syndicats CGT, CFE-CGC et FO, ce mercredi 11 mai, en début d'après-midi.

L'accord de sortie de crise qui devrait être signé d'ici à la fin de la journée intervient après un jour et demi de négociations intenses entre les représentants du personnel et Heiko Carrié, le directeur général de Bosch France, venu sur place. Ce dernier était en contact régulier avec la haute direction du groupe allemand présidé par Volkmar Denner.

Entre 60 et 70 départs

Le site de Rexroth Vénissieux, qui emploie aujourd'hui 360 salariés (80 millions de chiffre d'affaires), est spécialisé dans les organes de commande pour les machines de travaux publics. La production devait être totalement délocalisée en Turquie et en Chine, à échéance de fin 2018, selon le projet de plan de restructuration présenté en février 2016.

Désormais, "la direction nous garantit jusqu'à fin 2020 des effectifs minimum de 270 personnes. Les départs seront limités à des mesures d'âge et à des départs volontaires. Nous...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :