L'imprimeur Loire offset Titoulet placé en redressement judiciaire

 |   |  360  mots
Pierre Mougne : L'objectif est de maintenir au maximum l'outil de production.
Pierre Mougne : "L'objectif est de maintenir au maximum l'outil de production". (Crédits : Loire offset)
L'un des deux plus gros imprimeurs du département, Loire offset Titoulet, a été placé en redressement judiciaire. La direction doit présenter un plan de continuation dans les prochaines semaines. L'entreprise familiale stéphanoise emploie 170 personnes.

Loire offset Titoulet a été placé en redressement judiciaire fin février par le tribunal de commerce de Saint-Étienne avec une période d'observation de six mois. L'entreprise familiale stéphanoise, spécialisée dans l'impression de livres (ouvrages, magazines, brochures, etc.), a été pénalisée par un important impayé client qui a mis à mal sa trésorerie. Elle peine également à honorer les échéances de crédits-baux relatifs à de lourds investissements réalisés ces dernières années.

"Ces investissements devaient s'accompagner d'une hausse rapide du chiffre d'affaires, mais la conjoncture fait que notre croissance a été plus lente que prévu", explique le directeur général de la société, Pierre Mougne.

L'entreprise, qui emploie 170 salariés, devrait enregistrer sur l'exercice 2015 un chiffre d'affaires en léger recul, autour de 21 millions d'euros.

Un site de 21 000 m²

Depuis 2011, Loire offset Titoulet, l'un des deux plus gros imprimeurs du département, a investi une enveloppe de 25 millions d'euros dans son outil de production. L'imprimeur a notamment consacré 18 millions d'euros à la construction d'un site de 21 000 m² réunissant les deux anciennes unités des sociétés Loire offset plus et Titoulet SBI, fusionnées en 2008. L'entreprise a également débloqué sept millions d'euros dans l'acquisition d'une rotative 48 pages.

Dans les prochaines semaines, la direction de Loire offset Titoulet doit présenter un plan de continuation qui s'articulera autour de deux axes : la renégociation de la durée des crédits de l'entreprise et la mise en œuvre d'un plan d'économie. Sur ce second point, "rien n'est encore arrêté", précise Pierre Mougne.

"L'objectif est de maintenir au maximum l'outil de production en place y compris la main d'oeuvre. Nous visons toujours une croissance de notre chiffre d'affaires, nous avons donc besoin de conserver l'outil productif."

Réforme des programmes scolaires

La direction de Loire offset Titoulet vise une légère progression de son activité sur les prochains exercices. Cela devrait lui permettre de retrouver l'équilibre budgétaire. La dernière réforme des programmes scolaires aidera l'entreprise, qui est l'un des rares producteurs français de livres scolaires, à atteindre cet objectif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :