Canson : un plan de départs volontaires proposé au personnel

 |   |  455  mots
Les employés s'étaient mobilisés il y a plusieurs mois face à la menace de possibles licenciements.
Les employés s'étaient mobilisés il y a plusieurs mois face à la menace de possibles licenciements. (Crédits : A.T.)
Un comité d'entreprise extraordinaire s'est déroulé, ce jeudi 21 janvier, sur le site de production de la société Canson, à Annonay (Ardèche). La direction a notamment indiqué envisager un plan de départs volontaires, qui pourrait concerner jusqu'à 41 personnes.

L'entreprise Canson était restée discrète ces derniers mois. Pourtant, en coulisses, les syndicats et la direction négociaient un plan de départs volontaires. Des tractations qui se sont matérialisées, ce jeudi 21 janvier en fin d'après-midi à Annonay, lors d'un comité d'entreprise extraordinaire de la société. Selon nos informations, jusqu'à 41 personnes pourront bénéficier de ce plan.

La direction de l'entreprise a établi un quota de personnes par services. Tout salarié, de la maintenance à la production, est concerné. Par ailleurs, si une prime de départ est prévue, un congé de reclassement d'une durée d'un an pour les 56 ans et plus, en supplément de leurs préavis, est également envisagé. Sans compter les frais de formation ou encore de déménagement.

Huit mois de négociations

C'est le dernier épisode en date d'un feuilleton qui dure depuis plus d'un an. Rappel des faits. Face à un marché qui glisse notamment vers l'Asie, la direction souhaitait, en octobre 2014, supprimer 58 postes. Le papetier compte encore aujourd'hui 270 salariés dans le bassin d'Annonay (Ardèche). La forte mobilisation des salariés ainsi que les incidents rencontrés avaient paralysé, les jours suivants, le début des négociations. Le plan de sauvegarde de l'emploi avait par la suite été suspendu, afin que les syndicats et la direction puissent privilégier "le dialogue et la concertation".

En décembre 2014, les salariés du papetier avaient été consultés sur les négociations relatives à la durée et l'aménagement du temps de travail. Un projet rejeté par 70 % des effectifs, les employés ne pouvant pas se projeter à long terme. Début 2015, les dirigeants de l'entreprise s'étaient déplacés afin de pouvoir échanger avec eux. Dernier épisode en date : le déménagement du siège social. Historiquement implanté en Ardèche, il avait était alors transféré à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen (Calvados).

Un chiffre d'affaires en France qui resterait stable

Plusieurs propositions ont été mises sur la table tout au long des négociations : une baisse des salaires avait un temps été évoqué ; tout comme un plan de départs volontaires. C'est donc cette dernière possibilité qui a été présentée ce jeudi, lors du comité d'entreprise.

Désormais, ce plan devra être signé par la Direccte ainsi que par  les syndicats, dans un contexte où, selon nos informations, les résultats de l'année restent bons : le chiffre d'affaires en France resterait stable, et la part de l'export, en Europe et dans le reste du monde, avoisinerait les 70 %.

La direction du groupe Hamelin n'était pas joignable ce vendredi matin. Celle de Canson, à Annonay, a indiqué ne pas vouloir communiquer sur ce sujet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :