COP21 : la startup Capsa container décroche un beau contrat

 |   |  626  mots
(Crédits : Capsa containers)
La jeune entreprise rhodanienne construira plus de 500m² d'abribus nouvelle génération pour la RATP pour permettre aux participants de la conférence climat d'attendre dans de bonnes conditions. Une percée sur le marché parisien qui pourrait se reproduire.

A défaut de sauver la planète, la COP 21 va -t-elle donner un coup de boost à l'économie française ? Alors que l'Elysée assure que les retombées économiques de la conférence climat pourraient frôler les 100 millions d'euros, certaines startups se positionnent pour décrocher des marchés. C'est notamment  le cas ‎de la startup industriel Capsa Container. La jeune-pousse, spécialisée dans la modélisation de containers maritimes, a conclu un deal avec la RATP, de plusieurs centaines de milliers d'euros.

Plus de 500m² de volume au sol

Alors que plus de 23 000 voyageurs devraient se rendre quotidiennement sur le site du Bourget à Paris, qui accueillera cette conférence, l'Etat a demandé à la RATP d'organiser un système performant de navettes. Et pour permettre l'attente de ces visiteurs dans de bonnes conditions, à l'approche de l'hiver, l'opérateur de transports a également planché sur l'aménagement des zones.

"Ces constructions devaient répondre à une capacité d'accueil sur le modèle d'eco-construction", explique Cécile Riffard, responsable COP 21 à la RATP. Et c'est la jeune-pousse rhodanienne qui a donné pleinement satisfaction à l'opérateur, remportant ainsi l'appel d'offres. Elle montera donc plus de 500 m² de volume d'arrêts de bus, grâce à une cinquantaine de containers. Ils seront notamment placés à la sortie du métro  7 et du RER B : 260 m² de containers à la sortie de la station d'Aubervilliers, et 330m² pour attendre au Bourget. Dans ces espaces, des écrans d'informations relayeront l'état du trafic. Mais, à priori, pas de chauffage, conférence sur le climat oblige.

Capacité d'innovation

La startup a remporté le marché grâce, également, à sa capacité d'innovation. "Ce sont les critères financiers et technologiques qui ont fait la différence. La force de Capsa a été de proposer un système modulable en fonction des espaces et de nos besoins précis", détaille Mme Riffard. En effet, la jeune entreprise a forgé sa réputation sur sa capacité à transformer, découper, souder et équiper ces containers maritimes en fonction de la demande.

Si cette capacité à répondre "à la demande" a jusqu'à maintenant réussi à l'entreprise, elle devrait s'orienter dans les prochaines semaines vers un modèle "catalogue", à l'instar de son logement d'urgence, la capsul', présenté au mois d'octobre dernier.

D'autres contrats à venir ?

Pour Capsa, ce marché parisien lui permet de "démontrer (son) savoir-faire et ingénierie, mais aussi son expertise technique et logistique sur un grand événement. Et également de (s)'ancrer territorialement à Paris", estime Cédric Denoyel, fondateur de cette startup industrielle.

D'après les premiers échos obtenus auprès de la RATP, cette première collaboration pourrait en appeler d'autres, même si la startup est concentrée sur cette première commande. "C'est une expérience qui pourrait se renouveler", assure-t-on du côté de l'opérateur.

Et ce n'est pas les événements qui manquent. Entre l'Euro 2016 de football et la candidature française aux Jeux olympiques 2024, la capitale française sera de nouveaux sous les feux des projecteurs. Pour remporter cet événement planétaire, la capacité d'innovation des villes est une donnée prise en compte. C'est également dans cet objectif que Capsa a été sélectionnée dans le cadre de la COP21. "La RATP est souvent sollicitée. Nous devons montrer que le réseau et son exploitation sont à la hauteur de la ville et de ses transformations", explique Mme Riffard.

En attendant d'éventuels nouveaux contrats, la jeune pousse, fidèle à son ADN d"'entreprise sociale et culturelle", devait participer à la plus "grande oeuvre d'art participative jamais réalisée", prévue sous la Tour Eiffel. Mais les attentats de Paris du 13 novembre, puis la mise en place de l'Etat d'urgence, ont engendré l'annulation de cette manifestation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :