EFI Automotive se dote, à son tour, d'une usine au Mexique

 |   |  310  mots
Le site
Le site (Crédits : DR)
Le futur site d'EFI Automotive basé à Guadalajara au Mexique démarrera son activité début 2016. En Chine, l'équipementier automobile double ses surfaces de production.

Electricfil Automotive, fabricant de systèmes électroniques et électromagnétiques, et en particulier de capteurs, pour l'industrie automobile, s'apprête à s'implanter au Mexique où il construit une usine à Guadalajara, au nord ouest de Mexico. L'investissement de 3 millions sera opérationnel début 2016 et devrait employer quelque 200 salariés, à l'horizon de cinq ans. « Nous renforçons notre présence en Amérique du Nord. Cette unité travaillera en parallèle avec notre site d'Alabama pour fournir les constructeurs américains, et notamment Ford », précise Patrick Thollin, président de l'équipementier de rang 1 basé à Beynost, dans l'Ain.

Croissance en Europe

De même, l'ETI familiale, fondée en 1936, et forte de 1600 collaborateurs, double ses installations de Wuhan, en Chine,  en portant à 6000 mètres carrés les surfaces. L'opération sera achevée d'ici le courant de l'année prochaine.  «Nous nous inscrivons dans le long terme », reconnaît Patrick Thollin. « Depuis juillet et août, en effet, nous subissons là-bas une baisse significative d'activité par rapport à notre budget ». Mais, en Europe, l'industriel a vu croître ses ventes « de 15 % sur le premier semestre ». Si bien que son chiffre d'affaires consolidé 2015 devrait être conforme à ses objectifs : 220 millions, soit une hausse de 10 % en un an.

JV avec Brochier Technologies

Par ailleurs, Electricfil annonce avoir donné le jour à une co-entreprise avec Brochier Technologies (Cédric Brochier) pour fabriquer des tissus lumineux destinés à l'habitacle intérieur des automobiles. Cette création vient dans le prolongement de son accélérateur industriel, Axandus, lancé en début d'année et s'adressant aux jeunes sociétés innovantes dans les domaines des transports, smart city, objets connectés, environnement etc.  La drômoise AD-Venta (stockage nomade d'hydrogène), l'iséroise Primo1D (incorporation de puces dans les fils RFID), la lyonnaise Flexoma (stores électro-cellulaires connectés), entre autres, lui ont déjà fait confiance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :