Cenntro Motors France  : les salariés veulent un nouveau repreneur

 |   |  384  mots
Le siège de Cenntro Motors France dans le quartier de Gerland à Lyon.
Le siège de Cenntro Motors France dans le quartier de Gerland à Lyon. (Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Une nouvelle manifestation a été organisée ce mardi par l'intersyndicale pour accompagner les représentants reçus par le commissaire au redressement productif. L'objectif est d"alerter le ministre afin de trouver une alternative à Cenntro Motors Group, l'actuel actionnaire sino-américain dans lequel le personnel perdu toute confiance.

La semaine est chargée pour Cenntro Motors France, filiale constituée par Cenntro Motors Group (firme sino-américaine) pour reprendre les actifs de SITL spécialisé dans les véhicules électriques, en juin 2014.

Mardi après-midi, à l'appel de l'intersyndicale les salariés ont été invités à rejoindre la manifestation quittant l'usine de Gerland (autrefois Fagor-Brandt) pour rallier la Part-Dieu où une délégation a été reçue par Simon-Pierre Eury, commissaire au redressement productif de Rhône-Alpes. « A travers ce représentant, nous voulons alerter le ministre et trouver un autre repreneur. Le Préfet Michel Delpuech nous a donné un semblant d'espoir dans ce sens, en juillet dernier », explique Philippe Goguillot, secrétaire Sud du CE. « Nous n'avons plus confiance dans Cenntro Motors qui accumule les boulettes ».

Salaires d'août, en retard

La dernière en date, concerne les salaires d'août dont le versement est annoncé pour la fin de cette semaine, d'après les informations données par le groupe. Et un Comité d'entreprise extraordinaire a été convoqué, mercredi 2 septembre, à ce propos. « Cette fois-ci le retard est mis sur le compte de la crise en Chine », dit le délégué Sud.

>>A lire notre dossier complet : Cenntro Motors qui y croit encore ?

Quant au CE, ordinaire celui-ci, du 4 septembre, il est destiné à recueillir l'avis des représentants du personnel sur le projet de 263 licenciements ramenant les effectifs à 120. Il sera ensuite transmis à la Dirrecte, puis au tribunal de commerce de Lyon qui a placé Cenntro Motors France, en redressement judiciaire, le 30 avril dernier. Un nouveau rendez-vous avec les juges a été fixé au 10 septembre. « Nous sommes très inquiets », soupire Philippe Goguillot.

La ligne de scooters arrivée

Entre 60 et 70 salariés sont de retour au travail après les congés tandis que les autres sont toujours en chômage partiel. La chaîne d'assemblage de scooters partie de Chine il y a plusieurs mois, serait enfin arrivée en France, entre les mains des douanes à ce stade. « Mais », relève Philippe Goguillot, « il s'agirait non pas d'une ligne de montage mais d'une ligne de convoyage nécessitant d'investir dans des postes de travail pour équiper les scooters selon l'expertise » commandée par le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et de conditions de travail).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :