MGI Coutier confirme ses ambitions

 |   |  621  mots
(Crédits : DR)
L'équipementier automobile de rang 1, MGI Coutier, fidèle à lui même, continue à tracer son chemin en innovant et en se dotant de nouvelles usines à l'étranger. Il annonce l'ouverture pour novembre prochain de sa deuxième usine en Chine à Chongqing.

A ce stade de l'année, MGI Coutier confirme son objectif de 800 millions d'euros de revenus consolidé pour 2015. L'équipementier automobile, spécialisé dans la conception et fabrication de systèmes de transfert de fluides et mécanismes, a publié 692 millions d'euros de chiffre d'affaires, l'an dernier (en hausse de 4,3 % versus 2013), son plus haut niveau historique atteint après l'acquisition du suédois Autotube AB, consolidé sur 9 mois.

A taux de change et périmètre constants, son chiffre d'affaires a légèrement reculé (-0,2 %). Un tassement que André Coutier, président du directoire du groupe familial, explique, entre autres, par l'arrêt à la fin des années 90 d'un grand nombre de pièces non rentables (pièces d'habitacle) non encore totalement compensées par les nouvelles lignes. Ce phénomène se ressent particulièrement sur les marchés d'Europe de l'Ouest « plus attentistes ». Tandis que la pression sur les prix ne s'essouffle pas dans un contexte de concurrence mondiale intense.

Changes monétaires

L'industriel de Champfromier (Ain), fort de 7 650 collaborateurs, chiffre par ailleurs entre « 18 et 19 millions », l'impact lié à la conversion en euro du chiffre d'affaires (en dollars, pesos argentins, livres turques ou encore couronnes suédoises) de ses filiales étrangères et notamment Avon Automotive aux Etats-Unis acquis en 2011. A la dernière ligne du bilan, le bénéfice net s'est érodé de 9 % à 33,6 millions et le résultat opérationnel courant a diminué de  près de 6 % à 51,9 millions. Le groupe, valorisé 342 millions en bourse,  a accru son budget de R & D porté à 41,1 millions (33,5 millions un an plus tôt) dont 8 millions pour son nouveau réservoir AdBlue utilisant la technologie SCR (Selective catalytic reduction) et équipant les nouveaux véhicules diesel de PSA, en particulier. Le poste investissement dédié à cette fabrication s'est établi à 22 millions dans les 12 usines où elle a été introduite. « 12 millions supplémentaires sont encore programmés en 2015 et 2016 », poursuit André Coutier.

60 millions d'euros pour l'AdBlue

MGI Coutier récolte les fruits de ses efforts dans le SCR. En 2014 il a vendu pour 15,4 millions d'euros de nouveaux réservoirs, au delà de ses anticipations. Ce volume devrait être porté à « 60millions d'euros cette année et 150 millions en 2016 », relaie Jean-Louis Thomasset, vice président du directoire. D'ores et déjà, le groupe travaille sur les futures normes européennes 6.2 applicables en 2018, en principe. Suivront d'autres contraintes de protection environnementale avec l'euro7, à l'horizon 2020/2021. « Les moteurs diesel devront être de plus en plus propres. Une technologie similaire s'appliquera sur les véhicules à essence », pense André Coutier.  Outre le SCR, la croissance 2015 devrait être tirée par les succès commerciaux dans les systèmes de refroidissement des moteurs et de déshuilage où des marges de progrès existent encore. S'ajoute l'atout compétitif lié à la baisse de l'euro.

1 000 salariés à terme au Mexique

Par ailleurs l'équipementier - il revendique 67 % de son activité avec des constructeurs non français -  a mis en service l'an dernier son unité du Portugal qui employait 84 personnes fin 2014 en sous-traitance pour son site de Vigo, en Espagne (Galice). En Chine il vise le démarrage effectif de sa deuxième usine en novembre 2015. Située à Chongqing, mégapole de l'Ouest du pays, elle se spécialisera dans les produits de refroidissement en caoutchouc, quasi exclusivement pour Ford, et comptera à terme « entre 300 et 400 personnes ». Au Mexique, où il était jusque là en location, l'industriel se dote de sa propre usine, plus spacieuse, à Juarez qui devrait être opérationnelle en septembre prochain avec des effectifs qui devraient dépasser le millier de personnes, à terme, contre 800 aujourd'hui. Quant à sa future unité marocaine, qui  pris un peu de retard, elle devrait entrée en service en novembre 2015 à El Jadida sur la côte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :