Porcher Industries  : signature avec Warwick Capital

 |   |  331  mots
(Crédits : DR)
La vente du fabricant isérois de textiles techniques Porcher pourrait se finaliser dans un délai de quatre à cinq mois après la signature du protocole. Il n'est plus certain aujourd'hui que tous les actionnaires financiers veuillent céder leur participation.

Un communiqué de Jean-François Carenco vient de révéler que l'accord préalable à la prise de contrôle de Porcher Industries (280 millions de chiffre d'affaires consolidé annoncé en 2014) par le fonds londonien Warwick Capital Partners a été signé. Le préfet de Rhône-Alpes, pour quelques jours encore, l'a appris de Bruno Sapin, mandataire judiciaire, nommé pour mener à bien la vente du fabricant isérois de textiles techniques et composites suite à la décision judiciaire de dissolution et liquidation des holdings familiales de tête, en octobre 2012.

Quatre financiers

Maître Sapin a confirmé l'information à Acteurs de l'économie : "Catherine Porcher (Ndlr principale actionnaire de Porcher Industries) et moi-même, en tant que représentant des deux holdings avons effectivement signé le protocole avec Warwick". L'administrateur judiciaire indique qu'il va maintenant consulter les quatre financiers pour savoir si eux aussi vendent leur participation de 16 %, ensemble. Ce qui ne semble plus certain. Estiment ils que le prix offert par l'acquéreur (55 à 60 millions selon nos estimations) est insuffisant  ?

Le mandataire judiciaire soumettra ensuite, et dans les prochaines semaines, le compromis d'une part au TGI de Bourgoin Jallieu (pour la holding société civile les Terres froides) et d'autre part au tribunal de commerce de Vienne (pour la SA La Saumuroise de Participations). C'est à ces deux tribunaux que revient de donner, par ordonnance, leur feu vert à la cession au vu des éléments fournis par le mandataire. La transaction pourrait alors être finalisée dans un délai de 4 à 5 mois.

Recours possibles

Tout laisse à penser que Philippe Porcher, un des héritiers, introduira de nouveaux recours pour faire obstacle à la cession à laquelle il est opposé depuis l'origine. Son dernier avocat en date serait Maurice Lantourne, qui défend les intérêts de Bernard Tapie, selon des sources concordantes.  Le personnel de Porcher Industries avait été informé de la prochaine signature du compromis le 23 janvier dernier. Bruno Sapin confirme que Warwick prévoit d'investir plusieurs dizaines de millions d'euros dans l'outil industriel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :