Investissement de 13,5 millions sur l'ex site Camiva

 |   |  563  mots
Les employés de Frasteya à Montmélian s'installeront à Saint-Alban-Leysse en 2016.
Les employés de Frasteya à Montmélian s'installeront à Saint-Alban-Leysse en 2016. (Crédits : Frasteya)
Les deux entreprises familiales savoyardes Frasteya et Excoffier Recyclage s'apprêtent à investir 13,5 millions d'euros et à créer 110 emplois en rachetant le terrain de l'ancienne usine de Camiva à Saint-Alban-Leysse (Savoie).

L'annonce a été faite au siège de Chambéry Métropole, jeudi , en présence du préfet de la Savoie, Éric Jalon, du président de Chambéry Métropole, Xavier Dullin, du maire de Saint-Alban-Leysse, Michel Dyen, et des dirigeants des trois entreprises.

Le fabricant de véhicules d'incendie Magirus Camiva avait annoncé la fermeture du site en 2012, ce qui avait été "ressenti comme un séisme" à Saint-Alban-Leysse, a rappelé Michel Dyen, le maire de la commune. L'entreprise avait conservé 42 salariés, et mis en place une cellule de reclassement pour 110 employés. Maigres Camiva avait aussi signé une convention de revitalisation avec l'État, l'engageant à réindustrialiser le site.

C'est dans le cadre de cette convention que Magirus Camiva cèdera son terrain de cinq hectares au détaillant d'articles de sport Frasteya (deux hectares), à la société haut-savoyarde Excoffier Recyclage (deux hectares), mais aussi à Chambéry Métropole qui se dote ainsi d'une réserve foncière d'un hectare.

Deux entreprises en croissance

Frasteya déménagera en 2016 sa société d'e-commerce Ekosport, basée actuellement à Montmélian, vers le site de Saint-Alban-Leysse, où elle investira dix millions d'euros. 60 emplois supplémentaires seront créés dans les trois années à venir.

« Ce nouveau site pourra absorber cinq fois notre activité actuelle », détaille Yannick Morat, le président de Frasteya. L'entreprise a connu une forte croissance ces dernières années, son chiffre d'affaires bondissant de trois à 60 millions d'euros au cours de la dernière décennie. « Jusqu'à présent, nous devions agrandir nos locaux chaque année », illustre M. Morat.

Pour Excoffier Recyclage, le site de Saint-Alban-Leysse s'ajoutera à ses 11 sites existants en Savoie, en Haute-Savoie et en pays de Gex. L'entreprise investira 3,5 millions d'euros pour créer une unité de tri des matières banales qu'elle récoltera auprès des entreprises et des professionnels.

« Cet investissement est une opportunité pour nous, car Chambéry est le plus gros gisement de matières en Savoie », explique François Excoffier, le pdg d'Excoffier Recyclage, dont le seul site savoyard est actuellement à Aiguebelle, à l'entrée de la vallée de la Maurienne.

Camiva reste à Chambéry

De son côté, Magirus Camiva déménagera son activité actuelle vers la zone d'activités de Bissy, à Chambéry. Elle maintiendra les 42 emplois liés à la personnalisation des véhicules et au service après-vente. Depuis l'an passé, les véhicules d'incendie sont fabriqués en Allemagne.

L'entreprise s'était engagée à aider à la création de 129 emplois. En plus des 110 emplois promis par Frasteya et par Excoffier Recyclage, Magirus Camiva dit avoir participé au financement de 22 emplois dans de petites entreprises du bassin chambérien. Chambéry Métropole assure aussi que sa nouvelle réserve foncière lui ouvrira la possibilité d'aider à la création de 20 emplois, sans que ces derniers soient concrétisés à l'heure actuelle.

Au total, la convention de revitalisation aura coûté 850 000 euros à Magirus Camiva, qui finance notamment la destruction de certains bâtiments, précise Thierry Kilidjean, le directeur général de Magirus Camiva France.

À ce jour, la cellule de reclassement créée par Magirus Camiva en 2012 a débouché sur 81 « solutions positives » (dont 27 CDI) sur les 110 anciens salariés concernés, indique Chambéry Métropole.

CHIFFRES CLÉS

  • Frasteya
  • CA : 60 millions d'euros, dont 25% à l'export
  • Effectifs : 250
  • Excoffier Recyclage
  • CA : 66 millions d'euros
  • Effectifs : 300

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2014 à 19:18 :
Ancien de camiva, heureusement que je me suis débrouillé seul pour me trouver un nouvel emploi car la cellule de reclassement n a servi à rien .Les chiffres des personnes ayant retrouver un emploi est faux car beaucoup galèrent.un grand merci à tous ces gens responsables de camiva d avoir foutu autant de vies en l air.
Réponse de le 23/02/2015 à 8:29 :
tu a bien raison je suis un ancien 27 ans de service cher magirus allemagne
Réponse de le 23/02/2015 à 8:37 :
tu a raison je suis un ancien 27 ansde travail cher magirus allemagne

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :