Le laboratoire Sicobel en beauté au sein du groupe Condat

 |   |  474  mots
(Crédits : DR)
Sicobel, mise de plus en plus sur ses produits de soins à base de placenta végétal. L'industriel isérois Condat, qui a acquis ce laboratoire lyonnais fin janvier 2014, avait un pied dans ce métier depuis 2011 suite à l'achat de la marque Thalac.

Sicobel, laboratoire de dermo-cosmétique naturelle d'une cinquantaine de salariés, est passé, fin janvier 2014 dans le giron du groupe indépendant isérois Condat.  Mais l'information n'avait pas été ébruitée. « Je n'avais pas de solution familiale pour prendre ma succession, le moment venu. Des financiers et plusieurs acteurs français du métier ainsi qu'une société espagnole m'avaient contacté. La culture industrielle de Condat me convenait bien », justifie Nicolas Fouchère, qui continue à diriger Sicobel fondé il y a 55 ans. Cet achat peut, à première vue, surprendre car Condat (140 millions de chiffre d'affaires annoncé) est bien connu pour ses lubrifiants de maintenance, y compris à base végétale. Il s'était déjà ouvert une porte sur la cosmétique, en acquérant en 2011, la marque « Thalac ». Celle-ci propose notamment, aux instituts de beauté, des produits à base d'actifs d'origine marine (algue bleue, sels marins, caviar) fabriqués dans la région de Montpellier et présentés comme très complémentaires de l'offre de sa nouvelle filiale, à 100 %.

Hêtres et soja

Sicobel, dont le chiffre d'affaires est supérieur à 5 millions d'euros - il est gardé confidentiel eu égard à la concurrence - vient donc rejoindre la branche cosmétique de Condat pesant désormais  «  20 millions d'euros de chiffre d'affaires », est il indiqué. Sicobel, qui a conservé son identité juridique et son siège à Dardilly, dans le Rhône, est un des seuls à décliner, pour le grand public, des gammes de soins de la peau à base de placenta végétal. Cet actif, ainsi appelé car il contient beaucoup d'acides aminés comme le placenta humain, est extrait des bourgeons de hêtre et du soja, « non transgénique » certifie Nicolas Fouchère. Quant aux bourgeons de hêtre « seules sont cueillies les pousses basses et les zones de prélèvement changent tous les ans », assure t'il.

Etats-Unis et Brésil

Cette ligne de phytodermatologie, lancée en 1991, et commercialisée sous la marque Placentor Végétal se partage les ventes du laboratoire avec BcomBio (produits certifié ou éco). Aux dires de Nicolas Fouchère, le placenta végétal n'a pas encore révélé toutes ses vertus. « Nous menons des recherches pour vérifier son action sur le métabolisme cellulaire, par exemple », dit le pharmacien de formation. Pour ce faire, il bénéficie des moyens (notamment le matériel de laboratoire et les équipes de R & D) de son nouveau propriétaire. De même, Condat va l'aider à se lancer à la conquête des Etats-Unis et du Brésil, où le groupe isérois de Chasse-sur-Rhône est physiquement implanté. L'exportation vers le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord, la Corée absorbe aujourd'hui plus de 15 % de l'activité de Sicobel. En France, il prévoit une progression comprise entre 8 et 9 %, en 2014, dans un marché en recul.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :