Acquisition stratégique de Mérieux NutriSciences en Chine

 |   |  468  mots
Le siège de Sino Analytica de Ningbo en Chine.
Le siège de Sino Analytica de Ningbo en Chine. (Crédits : D.R)
Mérieux NutriSciences a finalisé l'acquisition de Sino Analytica auprès de Pacific Andes International. Cette filiale de l'Institut Mérieux triple ainsi ses effectifs dans un pays où le marché de la sécurité alimentaire, encore embryonnaire, croit de 20 à 25 % par an.

Mérieux NutriSciences, expert en sécurité et qualité alimentaires, triple de taille en Chine. Cette filiale de l'Institut Mérieux, basée à Chicago, a annoncé avoir finalisé l'acquisition de Sino Analytica, fort de 200 collaborateurs, ce mardi 2 septembre.  « Nous avons démarré timidement, en 2006,  à Pékin, car il fallait obtenir les accréditions nécessaires. En 2008, nous avons repris un petit laboratoire de Shangaï. Aujourd'hui, la Chine est devenue notre 5ème pays en termes d'effectifs », observe Philippe Sans, CEO (Pdg) de Mérieux Nutrisciences.

Sino Analytica, un des premiers acteurs indépendants du pays, était très convoité. « Nous discutions avec eux depuis 4 ou 5 ans. Dans les six derniers mois nous étions entrés en négociations de gré à gré », poursuit le dirigeant. Pacific Andes, la société familiale de Hong-Kong, qui en était propriétaire, devient actionnaire minoritaire du nouvel ensemble dont les activités sont regroupées dans Silliker, filiale locale de Mérieux NutriSciences, pesant aujourd'hui 12 millions de dollars (9,23 millions d'euros).

 Double complémentarité

Cette opération présente un double intérêt. D'abord une complémentarité géographique : aux deux laboratoires Silliker de Pékin et Shangaï, Sino Analytica ajoute ses deux laboratoires de Quingdao et Ningbo assurant ainsi une bonne couverture de la côte. De plus, cet achat complète l'offre de Silliker qui accède à des compétences dans les analyses chimiques pour déceler les contaminants (métaux, pesticides...) et les fraudes alimentaires. « Jusque là, nous étions plus connus en Chine dans les tests microbiologiques pour détecter les éléments pathogènes : salmonelles, listeria », rappelle Philippe Sans.

Prise de conscience chinoise

Après les scandales sanitaires de la mélamine dans le lait, de l'utilisation des huiles de cuisine recyclées, de choux au formol... le gouvernement chinois a montré sa détermination à réagir. « En 2009, la Chine a adopté une nouvelle loi sur la sécurité alimentaire et réorganisé la gouvernance. Un ministère spécifique a été créé et il est rattaché au ministère de la santé. Les choses bougent donc. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de nouvelles crises. C'est un pays immense confronté à des problèmes complexes. L'agriculture se compose de multiples petites exploitations », énumère Philippe Sans. Encore embryonnaire le marché chinois croit de 20 à 25 % par an. « Nous disposons maintenant de toutes les technologies pour nous développer », ajoute t'il.

 D'autres projets dans le monde

Sino Analytica représente la 18ème ou 19ème acquisition de Mérieux NutriSciences en 6 ans. D'autres cibles sont en vue, ailleurs dans le monde, pour le groupe qui emploie plus de 5000 salariés dans près d'une vingtaine de pays et vise quelque 500 millions de dollars (381 millions d'euros) de chiffre d'affaires en 2014, en hausse de plus de 10 %. Ce secteur est en pleine concentration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :