Verney-Carron veut vendre son fusil à l'armée de terre

 |   |  550  mots
Le Fusil d'assaut FAMAS équipe l'armée française depuis 1979. A l'horizon 2017, il sera remplacé par une nouvelle arme.
Le Fusil d'assaut FAMAS équipe l'armée française depuis 1979. A l'horizon 2017, il sera remplacé par une nouvelle arme. (Crédits : reuters.com)
Le successeur du fusil Famas sera –t-il français ? L’armée de terre doit passer un appel d’offres européen, dont le cahier des charges pourrait écarter les PME. Pourtant, l’armurier Verney-Carron fait de la résistance. Il espère pouvoir proposer son nouveau fusil FAST. En jeu, la renaissance d’une filière à Saint-Etienne et une centaine d’emplois.

L'armée française va se doter d'un nouveau modèle de fusil d'assaut qui remplacera l'historique FAMAS, à l'horizon 2017. Mais il n'est pas certain que celui-ci soit de production française. Pourtant, le fabricant stéphanois Verney-Carron souhaite proposer son FAST (Fusil d'Assault de Saint-Etienne), dont les pièces essentielles seront fabriquées dans ses usines, à la suite d'un transfert de technologie d'un partenaire international, dont l'identité est gardée secrète par l'industriel. A l'heure du patriotisme économique, les ambitions stratégiques de la société  se heurtent à l'appel d'offres européen, qui impose un cahier des charges qui pourrait écarter d'emblée sa candidature.

En effet, par le décret du 14 septembre 2011, l'ancienne majorité gouvernementale (UMP) a transposé la directive européenne de 2009 qui modifiait certains articles du code des marchés publics, notamment des marchés de défense, comme l'expliquent nos confrères de La Tribune.

Deux obstacles

Ainsi, pour l'appel d'offres en question, le cahier des charges impose que l'entreprise candidate réalise au moins 80 millions d'euros de chiffre d'affaires, alors que la PME stéphanoise ne réalise à ce jour que 12 millions d'euros. Un obstacle que pourrait surmonter l'armurier : « Avec notre partenaire étranger, nous dépassons largement les 80 millions d'euros de chiffre d'affaires »  explique à Acteurs de l'économie Guillaume Verney-Carron, Directeur général de l'entreprise familiale créée en 1820.

Le second obstacle impose que les moyens de production, d'approvisionnement, d'assemblage et d'études indispensables de certaines pièces de l'arme soient actuellement situés et mis en œuvre sur le territoire de l'UE ou de l'espace économique européen. Issue d'un transfert de technologie hors Europe vers la France, l'innovation sur laquelle repose le FAST, l'arme proposée par Verney-Carron, ne dispose pas de cette antériorité.

Proposer une production stéphanoise

Même si l'entreprise ne répond pas aux critères imposés  -alors même que le made in France est clamé au sein du gouvernement - Verney Carron entend proposer une solution alternative aux instances décisionnelles : « Nous nous engageons à fabriquer les pièces essentielles à Saint-Etienne et non pas ailleurs en Europe » proposera le Directeur général.

En cas d'attribution du marché à l'entreprise, ce sont 100 à 120 emplois directs et indirects qui seraient créés. Pour l'entrepreneur, l'enjeu est également plus historique : « Nous avons le savoir- faire pour recréer une filière dans le bassin stéphanois, et mettre ainsi en avant le made in France » explique Guillaume Verney-Carron. Le FAMAS, Fusil d'assaut de la manufacture d'armes de Saint-Étienne, a été créé en 1973 dans l'ancienne cité minière, dont la production s'est achevée en 2000.

Enjeux stratégiques 

La détermination de l'industriel stéphanois, initialement spécialisé dans les fusils de chasse, est également stratégique.  « Nos concurrents européens dans le domaine de la chasse sont également sur les rangs. Celui qui remportera le contrat va être considérablement renforcé et pourra réinvestir les bénéfices dans le marché de la chasse » s'alarme Guillaume Verney-Carron.

Le fabricant d'armes voit le marché de la défense comme un axe de développement important. Auparavant, il avait étendu son activité au secteur de la sécurité, notamment via la production du Flash-Ball SuperPro, qui a équipé exclusivement la police nationale, jusqu'à l'arrivée d'un concurrent suisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2014 à 7:51 :
Ma carabine Verney-Caron impact auto HS au bout de cinq ans (défaut d'éjection) a été modifiée à mes frais pour 285 €uros (Mise en place du système S.T.A.R.T) alors qu'il s'agit d'un défaut de conception et non de la conséquence d'une mauvaise utilisation. Quand on est pas capable de concevoir une arme fiable, on évite de vouloir servir l'Armée !.
a écrit le 30/10/2014 à 18:52 :
Verney-Carron impact battue en rade au bout de cinq ans : n'éjecte plus. Retour en usine pour mise en place du système SMART facturé 285 €uros !. Quand on ne sait pas garantir à vie une arme semi-automatique, on peut difficilement avoir la prétention de fabriquer des armes de guerre. Par ailleurs, marre pour les militaires de subir les matériels cocorico sous prétexte de soutenir notre industrie quand les dits industriels ne pensent qu'aux gros bénéfices. Recherchons le meilleur pour nos Soldats sans faire passer à tout prix la préférence nationale surtout quand elle représente... 100 emplois !.
a écrit le 27/09/2014 à 15:45 :
1940, meilleur fusil, reconnu par les américains: Mas 40 automatique. Le Mas 36 était lui, supèrieur au Mauser, meilleure arme full auto: Mas 24/29, avec lequel Belmondo abat un Stuka à Dunkerque. Le drame, avec la clique islamiste au pourvoir, Verney Caron ne pourra pas produire, ça doit être le Tavor ? Mais mème le Galil mk II pour la troupe c'est une excellente arme, il résiste aux combattantes de Tsahal qui sont pas tendres.
Réponse de le 16/11/2014 à 10:19 :
Mas 36 supérieur au Mauser ... Qu'est-ce qu'il faut pas lire !
Réponse de le 20/12/2014 à 19:33 :
Le MAS 36 n'est peut-être pas supérieur à un Mauser Kar98k, mais il ne lui est certainement pas inférieur.
a écrit le 10/08/2014 à 19:04 :
Est-il besoin de choisir étranger, lorsqu'on connait le sérieux de VERNEY-CARRON...
Le cocorico de nos politiques est dans le verbe,
Traduisons le dans les actes...
a écrit le 02/07/2014 à 15:36 :
Ne pas oublier que le Famas fut développé en perruque à la MAS car il était déjà prévu à Paris de remplacer le 49-56 par un FAL belge !!
a écrit le 30/06/2014 à 21:17 :
Ville d'armes sous François 1er, Armeville sous la révolution, Saint-Etienne reste bien vivante. Garder la fabrication de notre fusil d'assaut en France relève du patriotisme économique cher à M. Montebourg. A suivre...
a écrit le 25/06/2014 à 14:12 :
le bassin industriel stéphanois sera bien représenté par des sociétés françaises et européennes spécialisées dans l'armement léger militaire, représentant plus de 500 emplois directs et indirects en Rhône Alpes. Le cri au secours de la société Verney Carron, est le signe d'un dossier non préparé, pour proposer un produit Isarélien qui ne pourra à ce stade de l'appel d'offre répondre aux critères précis de l'émission de besoin de l'armée française du programme FELIN, et être produit entièrement sur le sol Français. Laissons les fabricants d'arme de chasse dans leur pré-carré et faisons confiance aux industriels de la défense.
a écrit le 24/06/2014 à 13:25 :
l'europe traine des pieds pour une armee cominne
la france a son armee et ses armes francaise .
m merkel impose tous nous avons le devoir de ne pas suivre
a écrit le 23/06/2014 à 22:01 :
Il serait bon que le journalistes ne fassent pas que diffuser les communiqués de presse de cette entreprise stéphanoise, car en grattant un peu, on découvrirait qu'il s'agit en fait de produire une arme Israélienne sur le sol français... d'aucun apprécieront la nuance.
Les accords entre IMI et Vernay-Carron devraient être précisés afin que nous ayons un niveau d'information suffisant pour juger de la pertinence de cette candidature.
Arrêtons donc de pousser des cris d'orfraie, ce n'est pas un fusil français que Vernay-Carron propose....
Réponse de le 30/10/2015 à 23:34 :
Tout à fait !
a écrit le 23/06/2014 à 9:40 :
Un fleuron qu'on n'a pas le droit de sacrifier !
a écrit le 22/06/2014 à 22:25 :
Dans la mesure où il s'agit de l'armée "FRANÇAISE", de souveraineté, de défense et d’indépendance nationale, l'appel d'offre doit être français. Quand l'armée européenne existera (si elle existe une jour ...), là on en reparlera !

La compétence, le savoir-faire et la qualité sont présents dans notre pays (enfin pour le moment ...). Inutile donc de faire appel à des fournisseurs étrangers !
Réponse de le 23/06/2014 à 9:52 :
Voilà un commentaire fort intelligent. Allez examiner les chiffres à l'export de l'industrie de l'armement français, y compris vers des pays producteurs d'armes, et revenez après avoir réfléchit.
Réponse de le 24/06/2014 à 8:14 :
C'est une obligation de faire un appel d'offre européen.
Vous ne savez pas lire ?
Réponse de le 25/06/2014 à 21:35 :
L'arme proposé par Verney est une copie du GALIL israélien qui elle même est une copie de la kalash AK 47. Bref, l'armée française va remplacer une arme conçue dans les années 80 par une arme créée après la 2e Guerre MOndiale et déjà une copie du stum 44 allemand. Cessons cette guerre de clocher et équipons correctement nos soldats qui prennent de vrais risques pour défendre notre pays. Donnons leur une bonne arme, simple, précise et modulable pour s'adapter au système FELIN.
a écrit le 21/06/2014 à 15:54 :
Mais dans l'absolu, ce sont quoi les caractéristiques d'un bon fusil d'assaut ?
Je me rappelle qu'un professionnel disait qu'on avait jamais dépassé le niveau technologique de la fin du XIXème siècle, plus le fusil est puissant ou a de la cadence et moins il est précis, ce qu'on gagne d'un côté on le perd de l'autre.
On sait que ça ne sert à rien qu'il tire plus loin que 300m ou 500m puisqu'on ne sait pas sur quoi on tire;
On sait que ça ne sert à rien qu'il puisse avoir une cadence de 1200 ou 1500 coups minute puisque les chargeurs restent en général limités à 30 munitions.
La précision est lié à la longueur du canon, qu'on ne peut donc pas réduire, et la forme de la balle, qui est un autre problème.
Ensuite il est question des matériaux et de la mécanique, il faut éviter le chauffage exagéré qui peut créer des déformations.
Il y a aussi la forme générale, pour une meilleure prise en main, un meilleur maintien; ainsi que la façon de recharger, pour être le plus rapide possible.
Je me demande pourquoi il y a encore tant de modèles de fusil d'assaut dans le monde.
Y aura t-il toujours une séparation entre fusil d'assaut et fusil de sniper ? ne peut-on imaginer avoir le même modèle de base et juste rajouter une sorte d'adaptateur, de module selon la situation ? il y a déjà des modules différents pour choisir le viseur.
On parle du P-90 comme l'arme du futur, car il est compact, ambidextre, les douilles tombent par le bas, c'est précis, il y a beaucoup de munitions mais la portée effective reste très faible, alors on dit que c'est une arme défensive; ne peut-on imaginer l'équivalent d'un P-90 en version fusil d'assaut ? où en est l'idée du fusil lance-grenade( PAPOP) ? c'était à l'origine cela qui devait remplacer le FAMAS.
Réponse de le 21/06/2014 à 21:36 :
Et le poids? Le famas est lourd..
Réponse de le 21/06/2014 à 23:27 :
Avec "Félin" la précision augmente de jour comme de nuit.
400/450m pour les élites de jour passent à 750m.
Ca change tout.
a écrit le 21/06/2014 à 11:20 :
si ça peut mettre fin définitivement au "halte au feu canon bleu !" après quelques rafales soutenues !
a écrit le 21/06/2014 à 10:30 :
Soit on décide d'avoir une armée européenne, et on fait un appel d'offre européen, soit on ne veut pas avancer en ce sens, on garde u!ne armée nationale, et on fait un appel d'offre français. D'autres questions ? Je peux ?
a écrit le 20/06/2014 à 21:19 :
Je suis chasseur dans le Finistère et possède un 12 superposé de chez VC. production française, marque multi-centenaire et internationale, qualité, savoir-faire, j'espère que les futurs fusils d'assauts de l'armée de terre seront fabriqués à la maison...
a écrit le 20/06/2014 à 20:03 :
Excellent armurier, le meilleur sans doute.
a écrit le 20/06/2014 à 20:03 :
GASTINNE RÉNETTE wat´else!
a écrit le 20/06/2014 à 19:40 :
je tire avec une carabine Verney Carron c est top et d une précision sans doute inégalée
bon c est sur du sanglier ou du cerf pas des bonhommes mais bon ! je trouverai scandaleux que mes impots servent á acheter autre chose !!!
a écrit le 20/06/2014 à 16:55 :
En matière de defense nationale rien ne vaut que sa propre production gage d'approvisionnement sure et non falsifiable et à même d'être améliorée par les idées de modifications collectées à l'usage sur le champ de bataille par nos militaires. Ex la Kalachnikov peut faire des rafales de 100 balles/Mn durant toute une journée sans chauffer les mains du Soldat qui l'emploi même dans le Désert ! Merci
a écrit le 20/06/2014 à 14:11 :
J'ai eu G V-C dans mon peloton lors de son service national.
C'était un homme intelligent, réactif, réfléchi.C'est devenu un grand chef d'entreprise et la réputation des armes V-C est bien établie.
Je lui souhaite d'obtenir ce marché car je suis sûr que son entreprise saura relever le défi, maintenir une haute technicité et une grande qualité de fabrication.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :