Bosch Solar Vénissieux transférée sous peu à Sillia Energie

 |   |  467  mots
(Crédits : DR)
Le plan de reprise a été validé par le tribunal de commerce de Bobigny. La PME bretonne Sillia Energie prendra possession de l'usine Bosch Solar de Vénissieux, le 16 juin.

Le tribunal de commerce de Bobigny a rendu une décision favorable, mardi 10 juin, au plan de reprise de l'usine Bosch Solar de Vénissieux par Sofie, holding de tête du breton Sillia Energie. Aucune surprise n'était à attendre : le cabinet E & Y (ex Ernst & Young), l'expert mandaté à la demande de Bosch France avait précédemment donné un avis positif à cette opération jugée « sérieuse et crédible », tout comme le cabinet Syndex, accompagnant le comité d'entreprise. Désormais, plus rien ne s'oppose donc à la vente, pour 1 euro, de cette unité d'assemblage de modules solaires, fixée au 16 juin. Sillia Energie, filiale du normand Elvia Pcb (fabricant de circuits imprimés), conserve 128 des 240 salariés qui, à tour de rôle, se forment, à nouveau.

Une moisson de contrats

Quant aux effectifs non gardés : 80 personnes partent en pré-retraite, un poste a été offert à 20 autres salariés dans l'usine voisine Bosch Rexroth (éléments pour les travaux publics) et les 20 restants s'en vont en bénéficiant d'un dispositif de départs volontaires. Sillia qui possède déjà une unité d'assemblage de panneaux photovoltaïques à Lannion (60 MW) récupère ainsi deux lignes de montage totalisant 150 MW. L'entreprise présidée par Bruno Cassin table sur 20,1 millions d'euros de chiffre d'affaires et 3,8 millions de pertes, en 2014. « Je suis un peu inquiet pour la charge de travail immédiate. Toutefois, il n'y aura plus de souci à partir d'octobre », indique Marc Soubitez, délégué Cfdt. En effet, Sillia a remporté de nombreux contrats dans le cadre du dernier appel d'offres de la CRE (Commission de régulation de l'énergie). Aussi Bruno Cassin prévoit-il 89,5 millions de revenus (et 400.000 euros de profit) en 2015 portés à 106,9 millions (2,3 millions de bénéfice), l'année suivante.

Structure renforcée

Au plan financier, Sofie, dont la structure était au départ considérée comme insuffisante, a renforcé ses fonds propres de 1 million d'euros : la moitié versée par UrbaSolar, entreprise de Montpellier (nouvel actionnaire de Sofie), 250.000 euros par Sofie et 250.00 par les partenaires institutionnels de la Pme breton (CIC et Caisse d'Epargne de Bretagne). De son côté Bosch injecte 6 millions de liquidités et s'est engagé sur une aide annuelle de 3,1 millions pendant les trois premiers exercices. Le fonds de développement économique et social (FDES) ainsi que BpiFrance apportent une caution globale de 3 millions.

C'est en mars 2013 que l'équipementier allemand Bosch Gmbh a annoncé qu'il se retirait du solaire compte tenu des pertes accumulées. A Vénissieux, la firme venait, tout juste, de finir un investissement de plus de 25 millions d'euros pour reconvertir cette usine précédemment spécialisée dans les pompes d'injection à diesel, pour les voitures. L'usine dirigée par Marc Baeumlin est à l'arrêt depuis mi-novembre 2013.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2014 à 10:26 :
bosch part la tête haute encore une fois , et que dire des délégués syndicaux qui on pousser a la reprise en prometant que c'etait l'idéal et qui quittent le site en douce ,
a écrit le 18/06/2014 à 14:47 :
En attendant les salariés de lannion sont au chômage partiel depuis 3 mois.....
a écrit le 12/06/2014 à 16:44 :
N'est ce pas ? pourquoi dites vous cela Vivi ?

K.
Réponse de le 12/06/2014 à 20:10 :
Bosch a eu le courage de soutenir le projet Sillia
Il eut été plus facile de tout liquider comme le font d'autres boites
a écrit le 11/06/2014 à 12:13 :
Quelle honte

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :