Porcher Industries en négociations exclusives

 |   |  617  mots
Le siège de Porcher à Badinières en Isère. ©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
Le siège de Porcher à Badinières en Isère. ©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Le fonds anglo-saxon retenu inquiète les délégués syndicaux. Le Préfet Carenco est en colère contre le choix.

Le personnel de Porcher Industries est de plus en plus inquiet à l'approche de la vente de ce fabricant isérois de textiles techniques et matériaux composites fort de 1400 collaborateurs en Europe, Asie, Etats-Unis et Russie. Les délégués syndicaux des cinq sites industriels français, tous en Rhône-Alpes, et employant 650 personnes, se réuniront cette semaine pour se concerter sur les actions à mener et exprimer leurs craintes.

Le processus de reprise est bien engagé et un contrat d'exclusivité a été signé avec un fonds d'investissement anglo-saxon, non encore présent en France, qui aurait d'ailleurs commencé à diligenter des audits. Son identité est totalement verrouillée tant le dossier est sensible. « Le 17 décembre dernier la direction nous a informés que cinq candidats étaient sur les rangs, deux industriels et trois fonds de pension. Le 20 mars, elle nous a dit que deux fonds restaient en lice, sans nous donner d'informations supplémentaires», témoigne un élu de la CGT, préférant garder l'anonymat à ce stade.

 Sun Capital exit

Des sources concordent pour indiquer que le prétendant éconduit est Sun Capital. Il avait notamment les faveurs du Préfet, Jean-François Carenco car ce financier américain, prétendant à l'achat du chimiste Kem One un temps, est connu dans l'Hexagone où il déjà procédé à des acquisitions. Dans la dernière ligne droite, son rival a surenchéri en proposant de payer l'affaire « 40 % plus cher », ébruitent plusieurs personnes. Se sentant mis à l'écart, les délégués syndicaux se posent des questions sur les éventuelles conséquences humaines d'autant que ce repreneur potentiel ne s'intéresserait pas à l'intégralité des activités, et notamment aux airbags, ont ils appris.

Grève fin mars

Les premières tensions sociales se sont exprimées avec la grève du 24 et 25 mars 2014, largement suivie par les salariés des 5 usines. Au bout de deux jours, ils ont obtenu une revalorisation salariale de 2 % la direction voulant sans doute faire taire rapidement la contestation. Depuis décembre 2012, Henri Brosse, ancien directeur financier a été nommé directeur général et concentre l'ensemble des pouvoirs opérationnels du groupe sis à Badinières (Isère) et fondé en 1912.

La cession de l'entreprise, qui s'est imposée du fait de fortes et douloureuses dissensions entre les actionnaires familiaux est encore refusée par Philippe Porcher, fils de Robert Porcher, décédé en 2011, désormais écarté de tous les organes décisionnels. Ces désaccords, qui remontent à loin, ont été portés devant les tribunaux.

Profondes dissensions familiales

Fin 2012, la Cour de Cassation tranchait. Dans son arrêt, cette juridiction suprême confirmait le jugement de la cour d'appel de Grenoble, laquelle avait prononcé, en mars 2011, la dissolution des deux holdings familiaux antagonistes - d'une part la société civile des « Terres froides » et d'autre part « La Saumuroise de participations »- contrôlant le groupe à hauteur de 67 % aux côtés de trois institutionnels minoritaires (BNP Paribas, Siparex Croissance et Natexis) pour les 33 % restant.

Suivait, la désignation de Bruno Sapin, mandataire social chargé de procéder à la liquidation des dits holdings et la mise en vente de Porcher Industries. Pour mener à bien l'opération, il s'est appuyé sur Rothschild, désigné après consultation. En qualité de banque conseil, « elle a pris une centaine de contacts. Nous souhaitions trouver un repreneur industriel mais la conjoncture les rend timorés aujourd'hui », regrettait il y a quelque temps l'administrateur judiciaire interrogé par Acteurs de l'économie.

Or, le fabricant, longtemps considéré comme un champion très innovant, pesant 263 millions de chiffre d'affaires en 2013, en très léger recul, ne veut ni être bradé, ni être démantelé.

 

  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2014 à 11:01 :
Que ce soit un fond de pension ou une entreprise qui reprennent cette société, il y aura forcément des licenciements. Et il est normal que ce repreneur cesse certaines activités si ces dernières ne rapportent pas assez ou ne l'intéressent pas. Nous ne sommes pas dans un monde de bisounours, et oui tout est une question d'argent. Je pense que ce rachat changera l'état de stagnation voire de régression de la société Porcher, et je parle en tant que salarié. Bien ou mal ? Seul l'avenir nous le dira !
a écrit le 16/04/2014 à 14:41 :
L'achat d'entreprises Françaises par des fonds de pensions étrangers se solde par une nécessité pour ces fonds de pensions de toujours faire plus de profit sur le dos des salariés Français.
Augmentation de la pression au travail, stress et licenciements. C'est inéluctable.
Il ne faut pas jouer la politique de l'autruche...
a écrit le 15/04/2014 à 15:23 :
Encore de mauvais syndicalistes qui vont faire tomber une industrie française sous prétexte qu'il risque d'y avoir des licenciements....mais il faudrait peut êtree qu'ils se posent les bonnes questions ces gens là....
Réponse de le 15/04/2014 à 20:23 :
Si vous faisiez parti des licenciés alors que cette société va bien et à de bonnes perspectives, peut-être que vous vous poseriez aussi les bonnes questions....
Réponse de le 15/04/2014 à 23:52 :
Cette société a quand même diminuée son chiffre d'affaires par 2 ces dernières années donc de la à dire qu'elle va bien...avant de critiquer pourquoi ne pas attendre d'avoir connaissance du projet qui va être mis en place...
Réponse de le 18/04/2014 à 12:47 :
Bonjour je bosse a porcher et je viens d apprendre cela par internet car aucun délégué nous informe de la situation du groupe dommage j'espère au ils vont pas ce laissez faire
Réponse de le 22/04/2014 à 19:50 :
Pauvre maniaclik,
ceux qui vont faire tomber porcher industrie l'ont déjà fait, en ruinant l'investissement et l'innovation ainsi que la recherche et ce ne sont pas les syndicats mais ceux qui tour à tour ont diriger de manière chaotique ce groupe pleins de ressources et de perspectives d'avenir, s'il avait été entre de bonnes mains!
Les fonds de pensions ne vont qu'asséner le coup de grâce!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :