Les Burgers de Papa à l'âge de la maturité

 |   |  524  mots
(Crédits : DR)
La chaîne lyonnaise de burgers à l'esprit potache prévoit d'ouvrir près d'une dizaine de restaurants en France d'ici à fin de l'année. Un développement express qui s'accompagne d'une volonté, par son fondateur, de rendre la marque "plus adulte".

Les Burgers de Papa n'est pas encore rassasié. Après avoir inauguré, fin mars, son premier restaurant à Paris intra-muros rue Faubourg-Poissonnière dans le 10e arrondissement, l'enseigne de burgers "gourmets" s'apprête à ouvrir, le 2 mai, son cinquième restaurant lyonnais au 63 de la rue de la République, en lieu et place des 3 Brioches.

" Nous prévoyons ensuite de nous installer, à l'horizon 2020, dans le centre-commercial de la Part-Dieu. Après ces deux nouvelles ouvertures, j'estime que nous aurons fait le tour des implantations dans la Métropole lyonnaise. Il faut être prudent aux effets de cannibalisation entre nos différents restaurants ", avance Yves Hecker, le fondateur de l'enseigne.

Objectif : 50 restaurants à fin 2020

Et, s'il estime que le maillage de la ville natale du réseau est quasi-bouclé, le dirigeant garde de l'appétit. A la tête d'un réseau de 20 restaurants - 5 en propre, 15 en franchise -, Les Burgers de Papa (10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018) projette d'ouvrir près d'une dizaine de restaurants en France d'ici à fin de l'année, pour réaliser un chiffre d'affaire global de près de 20 millions d'euros. Des implantations prévue dans des centre-commerciaux ou des hyper-centres de villes de plus de 80 000 habitants.

" Nous devrions terminer l'année avec 30 restaurants, ce qui fera des Burgers de Papa la deuxième enseigne de burgers « gourmets » à la française en terme d'implantation (derrière Big Fernand, Ndlr). Et nous comptons poursuivre sur cette lancée, avec l'objectif de compter 50 restaurants à fin 2020 ", rapporte Yves Hecker.

Une image plus premium

Un changement de dimension pour s'accompagne d'un changement d'image. Fondée en 2013 autour d'une communication décalée et franchouillarde avec des burgers aux noms de "tête de lard", de "daron" ou encore de "poulette" servis dans des restaurants à l'esprit diner, l'enseigne cherche désormais à "rendre la marque plus adulte" selon les termes d'Yves Hecker. Comme en témoigne l'ambiance des nouveaux restaurants, avec des boiseries et des couleurs sobres.

" On ne va pas devenir sérieux, mais nous voulions sortir de l'esprit très coloré des "diners" à l'américaine qui ont une image fast food bas de gamme, pour aller vers quelque chose de plus premium qui correspond mieux aux produits que nous proposons ", poursuit le dirigeant.

Une carte à jouer

Ancien animateur radio lassé de son métier reconverti dans la restauration, Yves Hecker s'est lancé dans l'aventure des Burgers de Papa en pleine burger mania à la française. Il a vu, au cours de ces six dernières années, le marché évoluer et devenir plus mature.

" Il y a quelques années, tout le monde essayait de se lancer, avec plus ou moins de réussite, dans les burgers haut-de-gamme à la française. Aujourd'hui, on assiste à l'arrivée de chaînes américaines, à l'image de Popeyes ou Five Guys, qui s'installent sur de gros emplacements en dupliquant leurs cartes américaines. Ils ne travailleront jamais comme nous. Nous avons une carte à jouer en proposant des burgers à la raclette ou au reblochon, et cuisinés avec des produits frais et locaux à l'image du pain livré chaque matin par un boulanger partenaire dans chaque ville", poursuit Yves Hecker.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :