Pignol et Lassausaie aux fourneaux du musée des Confluences

 |   |  414  mots
Le musée des Confluences ouvrira en décembre 2014. Les visiteurs pourront se restaurer avec la cuisine des grands chefs lyonnais Jean-Paul Pignol et Guy Lassausaie.
Le musée des Confluences ouvrira en décembre 2014. Les visiteurs pourront se restaurer avec la cuisine des grands chefs lyonnais Jean-Paul Pignol et Guy Lassausaie. (Crédits : Libre)
Le musée des Confluence accueillera un service restauration dirigé par deux pointures de la gastronomie lyonnaise : Jean-Paul Pignol et Guy Lassausaie. Ils visent 1,5 million de chiffre d'affaires pour le premier exercice.

Jean-Paul Pignol, le traiteur lyonnais associé au restaurateur étoilé de Chasselay, Guy Lassausaie, ont signé ce jeudi, avec Danielle Chuzeville, présidente du Conseil général du Rhône, une convention pour l'exploitation des espaces de restauration du musée des Confluences.

Objectif : 1,5 million d'euros de CA 

Cette convention, d'une durée de 10 ans, a été signée dans le cadre de l'Établissement public de coopération culturelle (EPCC). Cette entité juridique distincte mais sous tutelle du Département du Rhône va gérer le musée des Confluences à partir du 1er juillet 2014. La création de la Métropole, par la fusion du Département et du Grand Lyon, ne remettra pas en cause cette convention. Pour occuper les lieux, les deux cuisiniers lyonnais s'acquitteront d'un loyer annuel équivalent à 5 % du chiffre d'affaires ou, à minima, 40 000 euros en cas de mauvais résultats. Ce montant aidera le musée à couvrir ses frais de fonctionnement.

Justement, l'objectif du chiffre d'affaires est fixé à 1,5 million d'euros pour le premier exercice. Un CA ambitieux, alors que Jean-Paul Pignol reconnait lui même « la persistance de nombreuses inconnues », notamment vis-à-vis de l'attrait du public pour le musée des Confluences. Cependant, le prolongement du tram T1 et l'augmentation de fréquentation du centre commercial de la Confluence sont des atouts que n'avait pas le restaurateur étoilé Nicolas le Bec, qui a fait faillite dans le quartier de la Confluence en juillet 2012.

30 euros le midi, 40 le soir

Pour atteindre leur but, les deux cuisiniers pourront compter sur trois activités culinaires distinctes. Le café avec Pignol sous la toque, situé au quatrième niveau, proposera du "snacking", privilégiant l'aspect qualitatif. La brasserie, au niveau 0, sera gérée directement par Guy Lassausaie. S'inspirant de la Bodega, sa brasserie à Villefranche, il apportera à celle du musée une touche novatrice : « Je vais devoir être créatif pour coller à l'esprit architectural du bâtiment » explique-t-il. 120 couverts quotidiens devraient être servis, pour un menu à 30 euros le midi, 40 euros le soir. Une douzaine de salariés composeront son équipe. Enfin, la Maison Pignol s'appuiera aussi sur une activité de réception destinée aux entreprises.

Le musée des Confluences, devrait ouvrir à la fin de l'année. Il accueillera des expositions permanentes et temporaires autour des civilisations du monde. Une offre qui devrait donner du goût à un projet culturel qui n'emballe pas encore les Lyonnais, échaudés par la facture salée de la construction du musée : 364 millions d'euros.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :