Recapitalisation en vue à la Foncière hôtelière des Alpes

 |   |  358  mots
Le Club Med des Arcs, actuellement en construction.
Le Club Med des Arcs, actuellement en construction. (Crédits : ATELIER CAP ARCHITECTURE)
Dix-huit mois après sa création, la Foncière hôtelière envisage déjà de se recapitaliser, victime de son succès. Depuis octobre 2015, six projets représentant 2610 lits ont été financés, pour maintenir ou créer de l’hébergement hôtelier dans des stations des Alpes du nord.

Lancée par la Caisse des Dépôts, le Crédit Agricole des Savoie, le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes, la Banque populaire Auvergne-Rhône-Alpes et la Caisse d'épargne Rhône-Alpes, la Foncière hôtelière a dépassé ses objectifs de créer 2 000 lits chauds en cinq ans.

Investissement au Club Med des Arcs

Depuis sa création fin 2015, la société a investi 19,2 millions en fonds propres, "pour un effet de levier de 172 millions d'euros", précise Philippe Blanquefort, le directeur de la Caisse des Dépôts pour la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Au cours de la première année, quatre stations ont bénéficié de ces fonds : les Deux-Alpes (366 lits, avec d'importants travaux), Oz-en-Oisans (340 lits), La Rosière (204 lits) et Tignes (700 lits). Les trois derniers projets cités sont des créations d'établissements.

Lire aussi : La Foncière hôtelière des Alpes veut redynamiser l'hébergement de montagne

Et la Foncière hôtelière vient de participer au financement de deux nouvelles opérations en Savoie, au printemps 2017. Le Club Med des Arcs, dont les travaux viennent d'être lancés, créera 900 nouveaux lits dans la station de la Tarentaise. Et la société finance également le rachat de La Tovière, à Val d'Isère, par Arthur Reversade, le fils du fondateur de La Folie Douce. Ce projet inclut des travaux de rénovation de l'établissement.

"On voit bien que si la Foncière n'était pas là, seul un des six projets aurait pu se faire... et encore", estime M.Blanquefort.

Des projets en vue

"Nous disposons encore de 7 à 8 projets en vivier, concrétisables dans les deux ans, pour créer 2 000 lits chauds supplémentaires", précise Philippe Blanquefort.

Mais la Foncière a déjà utilisé les deux tiers des 30 millions de fonds propres dont elle dispose. "Nous aurons besoin de recapitaliser, c'est certain", ajoute M.Blanquefort. Le montant de la recapitalisation n'est pas encore défini.

Mais le directeur régional de la Caisse des Dépôts estime "probable que l'opération se fasse avec les mêmes partenaires".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :