Transméa veut le relever le défi de la transmission durable

 |   |  496  mots
(Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Créée en 2008, la société de capital-investissement Transméa enregistre un nouvel apport de fonds. Objectif : accompagner 60 nouvelles structures dans leur démarche de transmission ou reprise d'entreprise par les salariés.

Au cours de ses 10 premières années d'existence, le dispositif Transméa a permis à l'Union régionale des Scop (Urscop) Auvergne-Rhône-Alpes d'accompagner 60 entreprises, en phase de transmission ou de reprise par leurs salariés. Cette société de capital-investissement se positionne comme un "co-investisseur" dans les projets portés par les salariés.

Apport de capitaux et accompagnement

En premier lieu, Transméa apporte une manne financière afin de renforcer le capital réuni par les salariés.

"On a constaté que le premier frein à la reprise par les salariés, c'est le peu de capitaux qu'ils peuvent avoir" souligne Meryem Yilmaz, responsable développement et consultante reprise/transmission à Transméa.

Le second frein réside dans la capacité des salariés-repreneurs à constituer les dossiers et réussir la partie juridique de la transmission. Transméa se substitue alors à un cabinet d'audit, dans le but d'assurer la pérennité du projet. Le travail en amont s'effectue aussi sur la gouvernance et la direction mise en place pour l'entreprise.

"On apporte une réflexion sur le développement et les perspectives d'avenir de la société. Cet accompagnement vise à réduire le risque d'échec de...
Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :