Résultats 2018 : La Caisse d'Épargne Rhône-Alpes résiste bien

 |   |  736  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
La Caisse d'Épargne Rhône-Alpes (CERA) poursuit son développement et sa transformation pour répondre aux assauts de la concurrence comme aux nouvelles exigences des usagers des services bancaires. Une stratégie qui porte encore ses fruits, se traduisant par un résultat net en progression malgré un produit net bancaire en léger retrait.

Malgré la persistance des taux d'intérêt très bas - bons pour les emprunteurs, mais moins favorables pour les établissements bancaires qui voient leurs marges s'éroder —, d'un contexte général hyper concurrentiel et d'un environnement législatif de plus en plus contraint, la Caisse d'Épargne Rhône-Alpes (Rhône, Isère, Ain, Savoie, Haute-Savoie et Suisse avec la Banque du Léman) résiste bien.

"Nous avons réalisé une belle année 2018, j'en mets tout le crédit à Stéphanie Paix à qui j'ai succédé en novembre. Néanmoins, je vois dans notre modèle de banque régionale, commerciale et coopérative un avantage concurrentiel certain. C'est un modèle gagnant, notre intimité avec le territoire est décisive", souligne Alain Denizot, le nouveau président du Directoire de la CERA.

Un modèle qui se traduit par des résultats financiers en hausse, avec un résultat net de 162,4 millions d'euros en 2018, en hausse de 2,7 % par rapport à l'année précédente, dépassant encore son niveau historique des 160 millions d'euros. Et ce, malgré un Produit net bancaire (PNB) en léger retrait de 0,9 % par rapport 2018, à 702,4 millions d'euros, et un résultat brut d'exploitation qui s'établit à 275,5 millions...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :