Crédit Agricole Centre-Est performe et poursuit sa stratégie de territoire

 |   |  556  mots
(Crédits : SB)
Nouvelle année “record” pour le Crédit Agricole Centre-Est qui clôture un exercice 2018 en progression. De bons résultats qui permettent à la caisse régionale d’entrevoir l’avenir avec confiance.

"Nous avons réalisé en 2018 des résultats d'excellent niveau. Cela nous permet d'avancer sereinement et d'accompagner notre vitesse de développement", résume Raphaël Appert, directeur général du Crédit Agricole Centre-Est.

Avec un produit net bancaire en hausse de 7,2 %, à 728,8 millions d'euros et un résultat net à 243,5 millions d'euros, l'activité de la caisse régionale (Saône-et-Loire, Ain, Rhône, Nord-Isère, Nord Ardèche et Nord-Drôme) a été dynamique au cours de l'année 2018.

"Ce PNB s'appuie sur un effet de base favorable, dû en partie au refinancement de notre dette engagé en 2017 afin de préserver nos résultats futurs. À noter également qu'une part prépondérante de l'activité tient au dynamisme de nos nouveaux relais de croissance. Nous avons bénéficié de la progression des dividendes du groupe, eux aussi en hausse", analyse Stéphanie Gensollen, la nouvelle directrice finances et recouvrement de la caisse régionale.

Une année portée par des taux bas et une activité de crédits à un "niveau très élevé" à 5,1 milliards d'euros, portant à 22,9 milliards d'euros (+8,4 %) les encours de crédits de la caisse régionale.

"Ce qui se traduit par 100 000 projets toutes catégories confondues, avec une prédominance des projets immobiliers", souligne le directeur général.

De bons résultats qui se traduisent également par une augmentation du nombre de clients (+0,5 %) dans un contexte où les banques traditionnelles subissent les assauts répétés des banques en ligne.

"C'est grâce à l'ensemble de nos services à valeur ajoutée et à notre présence territoriale", juge Raphael Appert.

120 millions d'euros dans le réseau

Persuadée que "faire le pari de l'implantation est un élément clé du modèle", la banque a entrepris depuis 2016 un vaste plan de transformation de son réseau "selon une carte homogène".

Nouveau concept, rationalisation et un regroupement de "toutes petites agences" - à la marge, une vingtaine sur les 289 points de vente référencés.

En complément, pour compenser son absence sur un territoire, le Crédit Agricole a mis en œuvre 229 points verts, des partenariats essentiellement avec des commerçants pour mettre en œuvre un système de "cashback".

Autre élément clé : sa contribution à l'économie du territoire. Le Crédit Agricole a par exemple investi, via son activité capital risque, 20 millions d'euros dans les entreprises de la région, 40 millions d'euros, via son activité foncière, dans des actifs immobiliers - essentiellement sur la Métropole de Lyon.

Un siège régional en mutation

En gestation depuis plus d'un an, le chantier de transformation de son siège régional implanté à Champagne-au-Mont-d'Or, le "Campus", va démarrer - premiers coups de pioche au mois de juin. Les travaux de réhabilitation de l'énorme chantier de 29 000 m2, confié aux Lyonnais Archigroup et Thierry Roche, devraient durer trois ans (investissement : environ 130 millions d'euros).

Il vise, tout en préservant le parc actuel, à décloisonner les espaces actuels pour favoriser la créativité et l'innovation, repenser l'espace pour faire face aux besoins croissants du site (il devrait passer de 1000 à 1500 collaborateurs, principalement issus des structures filiales du groupe) et à réduire l'empreinte écologique de ces bâtiments construits dans les années 90.

"Nous avons pour ambition de baisser de 70 à 80 % notre consommation énergétique", avance le directeur général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :