PGE : ce que demandent les professionnels du retournement lyonnais

 |  | 1426 mots
Lecture 7 min.
Si rien n'est fait, le mur de dettes qui s'annonce face aux entreprises pourrait venir grever leur capacité à réaliser des investissements et entraîner des problèmes de compétitivité, mettent en garde ces professionnels du retournement.
Si rien n'est fait, le mur de dettes qui s'annonce face aux entreprises pourrait venir grever leur capacité à réaliser des investissements et entraîner des problèmes de compétitivité, mettent en garde ces professionnels du retournement. (Crédits : iStock)
Leur téléphone n’a pas cessé de sonner au cours des derniers mois. Les membres de Prévention & Retournement, une association lyonnaise qui regroupe les professionnels du restructuring dressent un premier bilan de cette crise sanitaire et de ses effets sur l’exercice 2020. Une occasion de soumettre également leurs mises en garde et leurs propositions pour améliorer le dispositif de PGE en place avant qu'il ne soit trop tard.

Avec ses 150 membres, l'association Prévention & Retournement a été sur le pont au cours des derniers mois. La crise sanitaire et économique qu'a connue la France a donné du travail aux membres de cette association pluridisciplinaire, regroupant des professionnels de la restructuration des entreprises à Lyon et Marseille.

Et dans ce cadre, les professionnels de la restructuration d'entreprises ont observé qu'après une période où les chefs d'entreprise ont d'abord dû gérer «l'urgence organisationnelle», afin de savoir quels sites et personnels devaient être placés en activité partielle, comment sécuriser leur trésorerie, etc, la liste des secteurs particulièrement touchés cet autonome n'a cessé de s'allonger : tourisme, événementiel, montagne, hôtellerie-restauration, aéronautique, automobile...

Lire aussi : Thierry Gardon : « Les entreprises sont toujours sous assistance respiratoire »

« C'est lors de ce second confinement que nous avons été davantage contactés par des entreprises qui souhaitaient engager des réorganisations, afin de pouvoir faire face au contexte économique et d'être à l'avenir plus flexibles », observe Floraine Baritel, senior manager deal advisory chez KPMG, rapporteuse de la commission finance de P&R.

Le PGE, la meilleure solution pour combattre ?

Après un recours massif au dispositif phare du PGE (qui totalise à ce jour près de 140 milliards d'euros de prêts octroyés) on a vu, au cours des dernières semaines, des voix s'élever, estimant que ces PGE n'étaient au mieux pas suffisants, voire parfois refusés aux entreprises ayant trop attendu pour les demander.

Mais aussi particulièrement délicats à rembourser dans une économie toujours menacée par la Covid-19 et le spectre d'un possible troisième reconfinement.

« Le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :