Naissance du Cluster Assurance, le premier du genre en France

 |   |  376  mots
(Crédits : DR)
En gestation depuis 24 mois, le Cluster Assurance Auvergne-Rhône-Alpes est en ordre de marche. Présidé par Jean-Paul Babet, président d'Alptis Assurances, il vise à fédérer l'ensemble de l'écosystème régional des assurances pour le faire davantage fructifier.

Longtemps épargné par les grandes transformations et les difficultés de recrutement, le secteur de l'assurance est désormais confronté à de nouveaux défis. Pour y faire face, les grands acteurs du secteur se mobilisent autour d'un nouveau cluster, le Cluster Assurance Auvergne-Rhône-Alpes.

Domaine d'excellence de la Métropole de Lyon

"Ce nouveau cluster a pour ambition de fédérer l'ensemble des forces du secteur de l'assurance : les acteurs du marché, les syndicats patronaux, les instituts de formations, les institutions et tout l'écosystème qui gravite autour de nous. Il s'agit de faire naître un véritable pôle d'excellence", explique Eric Lamouret, vice-président du Cluster et président du Syndicat des courtiers d'assurances (Sycra).

Avec aujourd'hui plus de 11 500 emplois recensés sur le territoire, la Métropole de Lyon est devenue la 2e place de l'Assurance en France après Paris. Selon l'étude OPALE (Observatoire Partenarial Lyonnais en Économie), Lyon fait partie des agglomérations les plus dynamiques pour la création d'emplois avec près de 1 840 emplois créés entre 2008 et 2016 (+16% de croissance).

Il était donc logique que le cluster prenne forme à Lyon. Néanmoins, il se veut "supra-régional" et entend recruter (pas d'objectifs définis) en dehors de ses strictes limites territoriales.

"La Fédération française des assurances (FFAne s'y est pas trompée, elle est partie prenante du projet", souligne le vice-président.

25 membres fondateurs

Au-delà de la FFA, ce projet s'est formé autour de 10 acteurs de l'assurance (Alptis, April, Groupama Auvergne-Rhone-Alpes...), des 3 syndicats patronaux (SycraAgea...), du Medef, de la Métropole, d'instituts de formations - une autre force de l'écosystème régional avec, notamment, une offre complète de formation.

En tout, 25 membres-fondateurs rassemblés dans une association (budget : 100 000 euros, une représentante à trois quart temps) qui souhaitent travailler ensemble sur " les nouvelles compétences métiers du secteur, les formations, la transformation numérique ou encore la relation clientèle et les différents produits sur le marché".

Autre objectif : gagner en visibilité et en attractivité auprès des jeunes, notamment.

"Nous devons nous ouvrir sur le monde en sortant de notre image traditionaliste. Contrairement à la banque, par exemple, nous avons davantage de débouchés", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :