Nouveau chapitre pour Symbio, qui accélère et change de président

 |  | 856 mots
Philippe Rosier, un ancien de Solvay Energy et Orbeo, prend la tête de Symbio, en remplacement de son président historique, Fabio Ferrari, qui intègre quant à lui le groupe Michelin.
Philippe Rosier, un ancien de Solvay Energy et Orbeo, prend la tête de Symbio, en remplacement de son président historique, Fabio Ferrari, qui intègre quant à lui le groupe Michelin. (Crédits : DR)
Un an après la création de la coentreprise avec Faurecia-Michelin, et quelques mois après l’annonce de son implantation à venir en région lyonnaise, le spécialiste isérois des technologies hydrogène, Symbio, accélère en renouvelant sa gouvernance. Une occasion, pour le concepteur de kits de piles à hydrogène, de réaffirmer ses ambitions sur un marché en pleine effervescence, porté par le plan de relance du gouvernement français.

La co-entreprise Michelin et Faurecia, Symbio, passe à la vitesse supérieure, en renouvelant sa gouvernance. Depuis le 1er septembre, le fondateur historique de la société iséroise, Fabio Ferrari, a quitté la direction de l'entreprise pour rejoindre les rangs de Michelin. Son futur objectif ? Capitaliser sur son expérience acquise à la tête de la deeptech depuis 2010, pour accélérer le développement de l'activité hydrogène au sein du groupe. Il sera remplacé par Philippe Rosier, qui vient d'être nommé au poste de président-directeur général de Symbio.

Un mouvement qui vise, selon ses actionnaires, à "accompagner la croissance de l'entreprise et construire un leader mondial des systèmes hydrogène pour la mobilité", souligne la société, désormais détenue sous forme de joint-venture, depuis l'an dernier, à 50/50 entre Michelin et Faurecia.

Ancien dirigeant de deux entreprises pionnières de la transition énergétique (Solvay Energy et Orbeo) entre 2002 et 2015, Philippe Rozier, 55 ans, possède au...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :