Lyon :  une ferme hydrolienne pour étudier le potentiel du Rhône

 |   |  243  mots
(Crédits : Hydroquest)
Un projet porté par le groupement Hydroquest-Hydrowatt pour Voies navigables de France.

Construites à Cherbourg, assemblées au Port de Lyon Edouard Herriot, quatre hydroliennes ont été immergées ce 29 et 30 octobre dans le Rhône, en amont de la Métropole de Lyon, entre le Parc de la Feyssine sur la commune de Villeurbanne et le Parc de Saint-Clair sur la commune de Caluire et Cuire.

Le raccordement et la mise en service de ce parc hydrolien, à la puissance installée de 320 KW, sera effective d'ici la fin de l'année. Ce site devrait produire 1 Gigawatt-heure d'électricité par an, soit l'équivalent de la consommation énergétique de 400 foyers. Il permet d'éviter le rejet de 300 tonnes de CO2. 

Ce projet s'inscrit dans le cadre d'un appel à projets "ferme hydrolienne", mené par Voies navigables de France, qui vise à étudier le "potentiel du Rhône dans la traversée de l'agglomération lyonnaise".

C'est le duo régional Hydrowatt-Hydroquest qui a été retenu : le lyonnais Hydrowatt, la division hydroélectrique du groupe UNITe spécialisé dans l'hydroélectricité, assurera l'exploitation de la ferme hydrolienne sur la base d'une convention d'occupation temporaire de 18 ans tandis que le grenoblois HydroQuest, a mis au point ces hydroliennes capables de produire de l'électricité provenant des courants fluviaux, estuariens et marins. Elle a déjà installé plusieurs hydroliennes à Grenoble, Orléans ou Bordeaux.

Le projet est financé par les deux entreprises et la banque Triodos. Il est soutenu par l'Europe, par l'intermédiaire de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :