Solaire : Bruno Le Maire s'est saisi du dossier Sillia VL

 |   |  625  mots
(Crédits : ERIC VIDAL)
Trois semaines supplémentaires pour sauver Sillia VL. Dans un climat social tendu entre les deux sites de l'entreprise, le tribunal a annoncé un nouveau délai pour étudier les offres des repreneurs de ce fleuron français de l'industrie photovoltaïque. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, est également à la manœuvre. Le propos est de pouvoir compter sur un carnet de commandes suffisant pour faire venir ou revenir des repreneurs.

Comme évoqué dans nos colonnes hier, le tribunal de commerce de Lyon a prolongé jusqu'au 14 juin la procédure de redressement judiciaire de Sillia VL, l'ex-numéro un français de l'assemblage de modules solaires. Les juges consulaires ont accédé à la demande de Robert-Louis Meynet, l'administrateur judiciaire. L'espoir de ce nouveau sursis est de trouver une solution pour sauver l'unité de Lannion, et les 44 employés.

Le cas du site de Vénissieux, ancienne usine Bosch Solar, est différent. L'essentiel des 131 salariés ne croit plus à la viabilité de cette activité. Et leur ancien employeur allemand a confirmé son engagement de leur verser une prime supra légale, pouvant être estimée en moyenne à 150 000 euros. Cette clause est valide jusqu'au 17 juin prochain et sera déclenchée après le jugement prononçant la liquidation judiciaire de Sillia VL.

"Nous ne sommes pas des feignants"

Le climat social est de plus en plus tendu entre les deux sites et l'avocate du comité d'entreprise de Lannion a eu des propos, au mieux maladroits, à l'encontre du personnel de Vénissieux, lors de l'audience de ce mercredi matin. Christian Marcuola, représentant du personnel CFDT de Vénissieux a quitté...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :