Électricité  : pourquoi la situation hivernale n'est pas (trop) à risque

 |   |  335  mots
(Crédits : Pict Your Company)
La tension actuelle sur le réseau électrique français n'a rien de dramatique, affirme Olivier Baud, président d'Energy Pool, une entreprise savoyarde qui se présente comme le leader européen de l'effacement électrique. Le risque de rupture est bien plus important à d'autres périodes de l'année, estime-t-il.

"Oui il fait froid, mais nous sommes en janvier, et cela n'est pas exceptionnel", lance Olivier Baud, dont l'entreprise Energy Pool est basée au technopôle Savoie Technolac au Bourget-du-Lac (Savoie).

Cette société d'une centaine de personnes passe des accords avec des industriels pour réduire à distance le fonctionnement de leurs systèmes électriques, voire en arrêtant carrément certaines machines. Energy Pool verse une contrepartie financière aux industriels, et se rémunère auprès de RTE, qui trouve ainsi une flexibilité supplémentaire pour parvenir à équilibrer l'offre et la demande d'électricité dans le pays.

Pire en 2012

"Ce qui est exceptionnel c'est la conjonction de phénomènes simultanés", détaille Olivier Baud, citant la sécheresse unique dans les Alpes depuis 50 ans qui fait que les barrages sont à sec; la maintenance de plusieurs réacteurs nucléaires qui paralysent leur production; ainsi que l'anticyclone installé sur le reste de l'Europe qui minimise la possibilité de recourir à davantage d'importations d'électricité.

Pour M.Baud, la situation était bien pire en février 2012, quand le froid s'était installé durablement sur la France. Mais l'hiver n'est pas...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :