Photovoltaïque : la défaillance annoncée de Sillia fragilisera-t-elle la filière ?

 |   |  989  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
La course contre la montre a commencé pour trouver un repreneur à Sillia VL. La perspective de l'ouverture d'une procédure judiciaire, qui a bien été évoquée, tombe au plus mauvais moment alors que seront lancés le 1er février les premiers appels d'offres de CRE 4. Au-delà de ces préoccupations immédiates, et en dépit de la qualité des produits et du potentiel reconnu de l'entreprise, se pose la question de la compétitivité des acteurs français sur ce créneau face à des concurrents chinois particulièrement compétitifs. A ce titre, le Syndicat des énergies renouvelables SER-Solar appelle à la création d'un consortium industriel européen.

Bruno Cassin, PDG de Sillia VL, PME d'origine bretonne qui, en juin 2014, a repris l'activité de l'usine Bosch Solar de Vénissieux, a reconnu la semaine dernière devant les 130 salariés de ce site, convoqués en assemblée générale, son échec personnel à réunir les 13 millions d'euros recherchés pour se financer. Il a répété à trois reprises que la société "devait aller au dépôt de bilan" pour que les anciens collaborateurs de Bosch puissent bénéficier de la clause leur garantissant, jusqu'en juin 2017, les mêmes indemnités que s'ils étaient encore dans le groupe allemand en cas de "défaillance".

Dans les heures qui ont suivi cette annonce fortement médiatisée, Bruno Cassin a démenti vouloir déposer le bilan. "Sans doute ai-je été maladroit ?" tentait-il d'expliquer à Acteurs de l'économie - La Tribune. Lundi, le climat était décrit comme très tendu au sein du personnel de Vénissieux invité à garder le calme et continuer de travailler.

Les appels d'offres de la CNR

L'incertitude - et ses conséquences - planant sur l'avenir de Sillia VL pourrait sortir des usines et avoir des répercussions sur d'autres acteurs de la filière. Certains hésiteraient à confirmer des commandes en l'état...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2017 à 11:08 :
L'abréviation de mégawatt est MW et non MgW, la journaliste est priée de réviser son programme de physique du collège!
a écrit le 18/01/2017 à 10:49 :
Cette affaire bien triste montre que le verbiage de nos gauchos ecolos n'est que du bla bla depuis 5 ans. Faire du photovoltaique la solutionn energetique future pour la FRance et ne s'être pas assuré de l'avenir et de la perennité de la seule source française: c'est NUL, archi NUL

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :