EDF : quelle future politique régionale ?

 |   |  617  mots
Le barrage du lac du Sautet, en Isère.
Le barrage du lac du Sautet, en Isère. (Crédits : Franck Oddoux)
Jacques Longuet, directeur général d'EDF en région Auvergne Rhône-Alpes a détaillé la feuille de route de la délégation régionale. Outre des investissements dans l'hydraulique, EDF compte également investir 5 milliards d'euros sur 10 ans dans les quatre centrales nucléaires de la région.

La fusion entre Auvergne Rhône-Alpes engendre d'autres fusions. Ou plutôt des "rapprochements", comme l'indique Jacques Longuet. Ce dernier a été nommé directeur général d'EDF Auvergne Rhône-Alpes en janvier 2016. Ce mercredi, il a annoncé les différentes orientations que le producteur et fournisseur d'électricité compte prendre en région.

  • Les investissements d'EDF dans la région vont-ils diminuer ?

Pour Jacques Longuet, "la santé de l'entreprise est très bonne", et ce malgré un prix relativement bas de l'énergie. "Pour autant, nous ne faisons pas le choix de diminuer nos investissements", a fait savoir le directeur général d'EDF en Auvergne Rhône-Alpes.

L'entreprise a ainsi injecté pour 1,9 milliard d'euros dans des entreprises locales en 2015. Une somme qui ne devrait pas diminuer dans les années à venir. Jacques Longuet compte même faire jouer la préférence régionale, une idée déjà défendue lundi par le président de la Région Laurent Wauquiez.

Pour garantir ces investissements, un plan d'économies de 19,3 milliards d'euros a été adopté au niveau national. Cela passe par des économies de développement, une recapitalisation par fonds propres et un plan de cession d'actifs.

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2016 à 16:26 :
"il existe des limites techniques"... Vieux dogme, qui n'existe plus qu'en France, de croire qu'au delà de 30% d'ENR intermittentes, le réseau s'écroule. De nombreux pays ont démontré que cette limite n'a pas de sens (portugal, Danemark), mais nos élites mentent sans contradiction à nos journalistes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :