Watt et moi, deux ans et un premier bilan

 |   |  357  mots
Capture écran du site Watt et moi.
Capture écran du site Watt et moi. (Crédits : DR)
Le site Watt et moi, mis en place il y a deux ans, permet à un millier de locataires du bailleur social Grand Lyon Habitat, en partenariat avec ERDF, de suivre leur consommation d'électricité quotidienne.

Le dispositif lancé en mai 2012 visait à comprendre les consommations d'électricité mais aussi permettre au locataire de les suivre. Il a pu être mis en place suite à l'installation des compteurs communicants Linky, qui fournissent les données précises de consommation. 216 personnes se sont connectées au site Watt et moi sur les 1116 qui pouvaient y avoir accès. Un chiffre peu élevé au regard de la zone couverte mais à relativiser en cas d'expansion du projet à la France.

Un bilan positif pour les utilisateurs

Sur les 216 personnes qui se sont enregistrées sur le site, un tiers d'entre elles se sont connectées régulièrement pour vérifier leur consommation d'électricité. Fabien Coutant du cabinet Atalante, en charge de l'analyse des données récoltées, explique :

« La moitié des utilisateurs a modifié son comportement grâce aux information disponibles sur le site. Mais l'échantillon n'est pas assez grand et représentatif pour définir la baisse moyenne de la consommation d'électricité ».

Car si les utilisateurs se sont dits satisfaits et ont demandé à continuer à utiliser le site même après la fin de l'étude (ce qui leur a été accordé), leur nombre est relativement faible pour permettre d'établir des tendances. Une réflexion a été engagée par ERDF pour généraliser le site internet à toute la France, une fois les compteurs Linky installés (d'ici 2021).

Des études sociologiques pour comprendre

Mickael Legros, du cabinet Senzo était en charge de l'analyse des données sociologiques récoltées pendant les deux ans et en tire des conclusions :

« Les utilisateurs n'ont pas de type précis, que ce soit l'âge ou la catégorie socioprofessionnelle. Ce sont des gens sensibilisés à la base par la maîtrise de leur consommation d'énergie, souvent de par leur éducation ».

Sur les 900 personnes qui ne se sont pas connectées, entre 10 et 15% ne possédaient pas de connexion internet. Pour les autres, bénéficier d'un éclairage important ou laisser la télé allumée, malgré la consommation d'électricité, est une question de confort voire même de signe d'ascension sociale,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :