Casino ouvre son capital : une entente qui questionne

 |   |  558  mots
(Crédits : Eric Gaillard)
Casino a annoncé ce jeudi l'arrivée à son capital de l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky à hauteur de 4,63% de son capital.

Article publié le 05.09.2019 à 10:25, mis à jour le 06.09.2019 à 9:58

Casino annonce, dans un communiqué, l'arrivée à son capital de la société Vesa Equity Investment à hauteur de 5 020 139 actions du distributeur, soit 4,63% de son capital.

Vesa Equity est un véhicule d'investissement majoritairement détenu par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky (53%) et par un autre investisseur Patrik Tkac (47%). Daniel Kretinsky, actionnaire indirect du journal Le Monde, est un habitué de la distribution en Europe, puisqu'il détient, via une autre holding Global Commerce, 17,5% du groupe de distribution allemand Metro AG, avec des options pour accroître sa part entre 29.9 et 32,71%

"Cette entrée au capital reflète notre conviction que Casino est le groupe le mieux positionné sur le marché français et l'un des leaders le mieux à même de répondre aux transformations du secteur. Nous apportons ainsi notre soutien au management du groupe casino", indique Daniel Kretinsky, cité dans le communiqué.

Un groupe toujours sous pression

Mis sous pression par sa dette et le placement en sauvegarde de sa maison-mère Rallye, le groupe s'est engagé dans une première vague de cessions d'actifs pour 2,5 milliards d'euros - et a identifié un nouveau plan de cession de 2 milliards d'euros d'ici 2021.

"L'entrée au capital de cet investisseur industriel est une nouvelle preuve de confiance donnée dans notre capacité d'innovation et d'exécution", estime Jean-Charles Naouri, le président directeur général de Casino.

Il précise, toujours via communiqué, qu'il proposera au conseil d'administration de soumettre la nomination d'un représentant de Vesa Equity Investment à la prochaine assemblée générale du groupe.

Une entente qui questionne

La bonne entente qui semble régner entre Jean-Charles Naouri et Daniel Kretinsky ne doit pas masquer des intentions qui pourraient se révéler contradictoires, commente Andrea Felsted, chroniqueuse chez Bloomberg.

Certes, Jean-Charles Naouri trouve auprès du milliardaire tchèque un soutien de poids dans la situation difficile que vit Rallye, la maison-mère de Casino. Le siège octroyé à Vesa au conseil d'administration de la société stéphanoise peut permettre de montrer que Casino ne vise pas seulement à répondre aux besoins de Rallye, explique la chroniqueuse spécialiste du commerce de détail. Comment douter que Daniel Kretinsky soutient Jean-Charles Naouri alors que celui-ci lui ouvre les portes du conseil d'administration?

Mais du côté de Daniel Kretinsky, l'entrée au capital de Casino ne s'arrêtera peut-être pas à soutenir Jean-Charles Naouri. Le communiqué de Casino ne mentionne pas d'accord moratoire qui empêcherait Daniel Kretinsky de prendre le contrôle de Casino, relève Andrea Felsted.

Après Metro, Casino ?

Or, en juin dernier, Daniel Kretinsky a déjà essayé de prendre le contrôle d'un autre distributeur, en l'occurrence Metro, sans succès. Pour l'homme d'affaires tchèque, l'idée était de diversifier ses investissements, concentrés dans le domaine volatil de l'énergie, par un investissement défensif dans le distributeur allemand. I

l avait alors tenté de prendre le contrôle de Metro à partir d'une assise représentant 10,9% du capital. L'affaire ne s'était pas conclue, en raison du prix insuffisant proposé par Kretinsky.

Si l'investisseur tchèque tentait de mettre la main sur Casino, la chroniqueuse de Bloomberg le met en garde contre l'erreur qu'il ferait en sous-estimant la capacité de Jean-Charles Naouri à garder le contrôle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :