Toupargel, les scénarios pour s'en sortir

 |   |  954  mots
(Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Toupargel a connu une année 2017 difficile. Les résultats de l'entreprise spécialiste de la livraison à domicile de produits surgelés sont encore dans le rouge, de quoi interroger sur son avenir. Quelles sont les hypothétiques stratégies pour que le groupe aux 3 200 salariés sorte de l'impasse et retrouve des couleurs ?

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

Les chiffres ne sont pas bons. Pour l'année 2017, les résultats du groupe Toupargel sont à nouveau dans le rouge avec un chiffre d'affaires en recul de 7,4 % à 271,4 millions d'euros contre 293,2 millions d'euros au 31 décembre 2016. Le résultat net s'affiche à - 7,6 millions d'euros.

La situation du spécialiste de la livraison à domicile de produits surgelés s'amenuise d'année en année, si bien que toutes les solutions sont envisagées pour sortir de la crise et pallier l'érosion des clients, mais surtout en conquérir de nouveaux.

Lire aussi : Toupargel, le plan de la dernière chance ?

Après le plan "Engagés Client" qui courrait sur la période 2013-2016, le groupe a bâti sa stratégie autour du plan "Oxygène", déployé jusqu'en 2020 et pour lequel les actionnaires familiaux ont injecté vingt millions d'euros en deux tranches, et qui vise à redresser la barre en investissant sur le canal numérique.

Les effets sont perceptibles, mais restent encore faibles. Les ventes, qui en sont issues, sont en "augmentation de 36 %" sur l'année 2017, et représentent selon Laurent Toledo,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2018 à 17:53 :
entreprise complètement déconnecté de la réalité des plans des plans pour se relancer a l arrivée plu dur sera la chute inévitable des gens de bureau qui n ont jamais fait de terrain et ni connaissent rien a la clientelle le fric que le fric mord de rire
Réponse de le 25/03/2019 à 23:36 :
Bien vrai une honte cette Société..un encadrement Bidon ...dommage j'ai bossé 10 ans j'étais en retraite ..nous nous sommes bien marrèe....Sans aucune pédagogie et du harcèlement téléphonique..BON COURAGE aux téleprospecteurs pour affronter L'ENCADREMENT BIDON
a écrit le 15/04/2018 à 9:23 :
Cette entreprise est vouée à disparaitre ou se faire rachetée mais pour cela il doivent revenir dans le vert, ce que je ne croit absolument pas. La fin d'un modèle de vente et de service qui n'intéresse pas les jeunes car trop cher et pas le temps d'attendre le livreur.
a écrit le 13/04/2018 à 13:49 :
J'ai été client de ces sociétés de surgelés et j'ai arrêté car j'étais prêt à payer plus chers des produits moins bons pour le service mais quand j'écoutais les conditions de travail de la commerciale, qui venaient avec une fiat punto autant dire une charrette, et du livreur: maux de dos, heures supplémentaires en masse non rémunérées, exploitation des clients et-c... J'ai compris pourquoi ce modèle économique était condamné à terme.
Réponse de le 13/04/2018 à 14:54 :
fiat panda pardon ! La punto est quand même bien plus confortable...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :