[Portrait d'acteur 1/6] Larissa Balakireva, la fonceuse

 |   |  340  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Acteurs de l'économie-La Tribune vous propose chaque semaine, durant l'été, un portrait de scientifiques, entrepreneurs, et professeurs qui révolutionnent son monde, inventent et créent de nouveaux modèles innovants, ou transmettent leur passion. Cette semaine, rendez-vous avec Larissa Balakireva, chercheuse-entrepreneuse originaire de Russie.

Larissa Balakireva est très peu retournée en Russie, son pays natal, depuis qu'elle a foulé pour la première fois le sol français en 1996, en vue d'intégrer l'équipe de chercheurs du CEA. Un choix que cette passionnée de science a fait, à l'âge de 30 ans, dans un seul but : exercer son métier dans les « meilleures conditions » dans le domaine de l'agroalimentaire.

« En Russie, cette industrie est très en retard à l'instar du milieu de la recherche, très archaïque. »

Et depuis 10 ans, elle s'est lancée dans une nouvelle activité en créant l'entreprise Novocib. Une société qui développe un kit pour tester la fraîcheur des produits de la mer.

Force de caractère

De la Russie, elle garde une pointe d'accent qui la distingue. Larissa Balakireva a également conservé le « caractère » du pays des tsars. Dans un domaine où la patience et le temps sont indissociables, la chercheuse puise en son for intérieur pour avancer.

« Je suis impatiente de voir le résultat à grande échelle, mais j'ai encore besoin d'expliquer mon innovation et surtout de faire face à la résistance de certains. »

Une situation « épuisante », mais pour laquelle, elle ne pourrait abandonner. « C'est très frustrant...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :