Le Sommet de l'élevage affirme son envergure internationale

Par Sonia Reyne  |   |  373  mots
(Crédits : DR)
La 24e édition du Sommet de l'élevage de Clermont-Ferrand ouvre ses portes ce mercredi. Avec ses 85 000 visiteurs, c'est le plus gros évènement organisé dans la capitale auvergnate un salon référence de plus en plus tourné vers l'international.

Malgré la crise agricole et l'impact de l'épidémie de fièvre catarrhale ovine (FCO), le salon de l'élevage de Clermont-Ferrand ouvre ses portes ce mercredi pour trois jours. L'évènement n'accueillera par de bovins cette année, en raison des foyers de FCO, mais avec 85 000 visiteurs dont 4 000 visiteurs étrangers venus de 70 pays en 2014 et 270 sociétés étrangères présentes, l'événement confirme son image de grand salon agricole international, le second de l'Hexagone après celui de Paris.

Quatre nouveaux pays présents

Cette année, quatre nouveaux pays font leur entrée sur le Sommet : la Grèce, la Hongrie, la Nouvelle-Zélande et l'Australie. Deux stands d'opérateurs internationaux de commerce d'animaux sont plus particulièrement significatifs de la renommée du Sommet, ceux de Hongrie, Hunland et d'Australie, Austrex.

« J'imagine qu'ils viennent capter de futurs clients étrangers parmi les visiteurs internationaux » explique Benoit Delaloy, responsable international du Sommet, « et peut être aussi s'approvisionner en animaux français et du Massif Central en particulier pour les revendre sur leurs marchés à l'international ». Invitée d'honneur, la Roumanie disposera d'un espace dédié dans le pavillon d'accueil.

Pour la première fois, le Sommet organisait  également des circuits de visite (pré tours) pour les visiteurs internationaux dès la veille du salon, le 6 octobre.

Une surface en augmentation

La surface d'exposition a été réaménagée cette année pour offrir 6 000 m2 supplémentaires par rapport à l'édition 2014, en attendant encore 24 000 m2 d'aménagements complémentaires promis par le Conseil régional d'Auvergne, propriétaire du site, pour 2016. « Nous n'avons eu aucun mal à remplir les 3 % d'espace supplémentaire, relève Benoit Delaloy. L'an dernier, nous refusions des exposants étrangers, faute de place. »

« Ce nouvel agrandissement, nécessaire pour que la manifestation reste à Clermont-Ferrand, a été programmé dans les budgets, souligne de son coté Jacques Chazalet, président du Sommet de l'élevage. Les deux présidents de Région souhaitent développer ce site ». L'événement restera donc en Auvergne, « c'est cohérent par rapport à la zone d'élevage », insiste Fabrice Berthon, commissaire général du salon.

Pour aller plus loin| L'agriculture bio, un levier économique pour la nouvelle région Aura