La fourme de Montbrison séduit au-delà des frontières régionales

 |   |  392  mots
L'appellation ligérienne se positionne davantage comme un produit artisanal et plutôt haut de gamme.
L'appellation ligérienne se positionne davantage comme un produit artisanal et plutôt haut de gamme. (Crédits : Marie Noelle)
Les ventes de fourme de Montbrison ont nettement progressé depuis deux ans. Le résultat d'une politique de communication habile autour de la petite appellation installée dans le Forez, et de l'arrivée de nouveaux acteurs.

Les efforts en matière de promotion commencent à payer. L'an passé, les ventes de fourme de Montbrison ont atteint un niveau record : 533 tonnes, soit + 6,6 % par rapport à 2013 et + 16 % en deux ans (+ 60 % pour la production au lait cru). Du jamais vu depuis la création de l'appellation ligérienne en 2002.

« Il y a quelques années, on était encore un produit très départemental, souligne Aurélie Passel, animatrice du Syndicat de la fourme de Montbrison. Notre travail commence à porter ses fruits. » Depuis quelques années, la filière multiplie les actions de communication au niveau local et même au-delà. Le syndicat a ainsi lancé pour la première fois en 2014 une campagne publicitaire sur des chaînes nationales (France 2 et France 5).

Toute la France

Depuis trois ans, la filière s'appuie également sur le réseau des crémiers-fromagers de France (diffusion d'affichages, de kit de communication...). Quatre-cents d'entre eux ont été volontaires lors de la dernière opération. « On trouve désormais de la fourme de Montbrison dans des crèmeries de toute la France, note Aurélie Passel. Nous sommes également référencés dans toutes les centrales d'achat de la grande distribution. »

La filière de la fourme de Montbrison, qui représente près de 200 emplois directs et 60 emplois indirects, profite aussi de l'arrivée de nouveaux acteurs. Le nombre de producteurs est en effet passé de trois à six entre 2012 et 2014. L'ancienne fromagerie Forez fourme, reprise il y a deux ans à la barre du tribunal de commerce par Eric Soubeyrand, semble retrouver des couleurs. Cette dernière (rebaptisée Entreprise laitière de Sauvain) et la fromagerie du Pont de la Pierre (groupe Lactalis) représentent 80 % de la production de fourme.

Bio et au lait cru

Comparée à sa voisine d'Ambert et ses 6 000 tonnes produites chaque année, la fourme de Montbrison fait office de petite appellation. Pour éviter la concurrence frontale, l'appellation ligérienne se positionne davantage comme un produit artisanal et plutôt haut de gamme. « Nous ne pouvons pas rivaliser sur les tarifs, car la fourme de Montbrison est fabriquée à la main, ce qui entraîne d'importants coûts de main-d'œuvre », précise Aurélie Passel. Cette montée en gamme est renforcée par l'arrivée de deux fromageries artisanales produisant de la fourme bio et au lait cru.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2015 à 21:11 :
Oh!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ah !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Nostalgie nostalgie,
de ton beau pays,
quand tu nous tiens !
Si je comprends bien, tu crées ton job pour ton retour en France : lobbyiste chez Fourme de Montbrison !
On aura donc tout vue sur Linkedin....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :